Navigation – Plan du site

Parce que : un connecteur macro-syntaxique

L’emploi de parce que chez des apprenants de français langue étrangère et des locuteurs natifs
Victorine Hancock
p. 117-145

Résumés

Dans cet article nous nous proposons de comparer le fonctionnement de parce que dans la production orale en français des LNN suédophones avec ceux des LN. A cette fin nous appliquerons une approche syntaxique et énonciative, élaborée par Debaisieux (1994), basée sur des recherches récentes en français parlé, et motivée par le besoin de rendre compte des unités syntaxiques au-delà de la phrase (Blanche-Benveniste, 1990). Un suremploi de parce que par les LNN nous amenera à chercher des explications dans le fonctionnement du connecteur au niveau sémantico-discursif et dans la gestion des tours de parole. Nous aborderons aussi le rôle de parce que pour l’organisation hiérarchique du discours non-planifié, et nous proposons que cette propriété dans l’emploi de parce que chez les apprenants pourrait indiquer un niveau avancé d’acquisition.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1La capacité d’organiser la langue parlée spontanée et de maintenir la continuité dans l’interaction à l’aide de connecteurs est une partie importante de la compétence discursive dans une L2. Dans la recherche en acquisition d’une langue étrangère, la subordination et l’emploi des conjonctions de subordination ont souvent été utilisés comme mesure du développement de la complexité syntaxique (voir p. ex. Klein & Perdue, 1992). En examinant l’emploi des conjonctions dites de subordination dans une telle perspective, il est important de prendre en compte également les fonctions énonciatives/discursives de ces conjonctions. Cet article se propose de considérer l’emploi de la conjonction dite de subordination parce que dans la langue parlée des apprenants, dans une perspective à la fois syntaxique et énonciative.

  • 1   Nous nous appuyons sur une table dite du t de Student-Fischer pour tester l’hypothèse zéro, c’est (...)
  • 2   Le suremploi du connecteur mais (dans le tableau 2) par les apprenants du corpusa été l’objet d’u (...)

2Le point de départ de notre travail est le suremploi de parce que observé dans les interviews des apprenants (environ deux fois plus fréquent en moyenne)1, par rapport aux francophones (voir tableaux 1a et 1b). Ce suremploi est accompagné d’une absence presque totale des autres connecteurs courants dans la langue parlée des francophones (tableau 2)2

Tableau 1a : Nombre d’occurrences de parce que (1 interview)

Apprenants

N total de mots

N de P.Q.

 % de P.Q.

Christina

1368

18

1.3

Jessica

1177

11

0.93

Marie

1430

14

0.97

Nathalie

1009

12

1.2

Pernilla

1261

14

1.0

Yvonne

1881

14

0.74

Moyenne = 1. 0

Tableau 1b : Nombre d’occurrences de parce que (1 interview)

Francophone

N total de mots

N de P.Q.

 % de P.Q.

Anne

3622

23

0.64

Catherine

2377

6

0.25

Françoise

2779

15

0.54

Laurent

3035

13

0.43

Mélanie

3856

10

0.24

Pierre-N

3356

13

0.39

Moyenne = 0. 42

Tableau 2 : Nombre d’occurrences de quelques connecteurs

Apprenants

Francophone

Conn

Chr

Jes

Mar

Yvo

Ann

Cat

Fra

P-N

parce que

18

11

14

14

23

6

15

13

mais

37

35

26

65

27

11

42

28

donc

-

-

-

-

14

10

24

42

enfin

-

-

-

-

21

18

10

11

bon

-

-

-

1

15

12

23

20

Alors

1

-

-

5

16

3

2

8

ben

-

-

-

-

19

2

3

5

tot mots

1368

1177

1430

1881

3622

2377

2779

3356

3Le but de cette étude est double : nous commencerons par présenter brièvement un modèle d’une description des emplois non canoniques (mais non marginaux) de parce que dans le français parlé contemporain, proposé par Debaisieux (1994). Nnous comparerons ensuite, à l’aide de ce modèle, le fonctionnement de parce que chez les apprenants avec celui des francophones, et nous y chercherons des explications au suremploi du connecteur. Après une présentation des données et de notre méthode (2-4), nous tenterons une analyse qualitative et quantitative des valeurs sémantico-discursives des cas non canoniques de parce que (5-6) et nous examinerons le rôle du connecteur dans l’organisation hiérarchique du discours (7), ainsi que son importance dans la gestion des tours de parole (8). Nous émettrons, en 7, l’hypothèse qu’une prise en compte de certaines propriétés de parce que macro-syntaxique (voir ci-dessous) pourrait être, dans l’emploi des apprenants, indicatrice d’un niveau élevé d’acquisition.

4Parmi les études de parce que en A.L.E., on peut mentionner l’observation d’un « suremploi » du connecteur dans un entretien avec un apprenant hispanophone (Chevalier, 1986). Dans le cadre d’une étude de la compétence argumentative des LNN arabophones, Giacomi (1994) constate que parce que est le premier connecteur dans l’ordre d’occurrence chez plusieurs informateurs. Raupach (1984) signalel’emploi de parce que dans la L2 des germanophones comme élément de remplissage (filler) et moyen de structuration (organizing device).

2. Les données

  • 3   Tous les apprenants de l’échantillon sont du sexe féminin. Notons que les femmes sont largement m (...)
  • 4   Dans certains examens quantitatifs de notre étude (section 6), nous nous contenterons de prendre (...)

5Nous avons étudié un échantillon de 18 interviews du corpus InterFra (voir l’article de Bartning dans ce volume), à savoir deux interviews de six apprenants et six interviews de francophones soumis aux mêmes types de questions. Les six apprenants ont entre 20 et 26 ans et ont tous séjourné dans un pays francophone au moins un semestre, à l’exception d’un apprenant qui a effectué un séjour d’un mois. Les interviews ont été faites au cours des trois premiers semestres de leurs études de français à l’université en Suède3. Les francophones, dont cinq sont étudiants et un coopérant, sont âgés de 21 à 26 ans4

3. Méthode : description d’un parce que macro-syntaxique

  • 5   Ducrot et al. (1975), Jeanjean (1983), Roulet (1985), Moeschler (1986, 1993), de Fornel (1989), L (...)
  • 6   = subordination syntaxique. Nous n’entrerons pas dans la discussion qui distingue les subordinati (...)

6Il a été signalé par de nombreux linguistes5 que la description de parce que en tant que conjonction de subordination dans lesens traditionnel6 ne rend pas compte d’une partie importante des occurrences de parce que que l’on trouve dans le français parlé contemporain, comme en témoigne l’exemple suivant qui provient d’une interview avec un francophone de notre corpus :

 (1)

(thème : comparaison entre le suédois et l’anglais)

ci1p‑1970 E : […] au niveau de la

ci1p‑1980 E : grammaire c’est peut-être/un petit peu plus compliqué
(ce = le suédois)

ci1p‑1990 E : que l’anglais/au (I : mm) début// parce que la

ci1p‑2000 E : grammaire anglaise e : st très simple/…

  • 7   Debaisieux se réfère aussi à d’autres ouvrages de ces deux auteurs.

7Cet emploi (1) de parce que est un phénomène courant dans le français parlé et ne se limite pas à un groupe socio-professionnel restreint, comme le montre Debaisieux (op. cit.) à partir d’exemples authentiques (cf. aussi Deulofeu, 1995). Afin de rendre compte des fonctionnements de parce que dans la production orale des apprenants de français, il nous semble donc important de comparer son emploi interlangagier avec celui de francophones (dans lequel on trouve un nombre non négligeable de cas non canoniques) et non pas avec la langue idéalisée rencontrée dans les grammaires traditionnelles. Le modèle qui nous servira dans la description des emplois non canoniques de parce que provient de Debaisieux (op. cit.), qui a développé son analyse de ce qu’elle appelle parce que ‘macro-syntaxique’à partir des cadres donnés par Berrendonner (1990) et Adam (1990)7. Debaisieux renvoie aussi aux méthodes d’analyse de Blanche-Benveniste (1990) et Jeanjean (1983).

4. Parce que micro-syntasique et macro-syntaxique

8Nous suivrons la description de parce que micro- et macro-syntaxique proposée par Debaisieux, et comme elle, nous nous focaliserons sur les traits caractéristiques de parce que macro-syntaxique dans l’emploi authentique.

4.1. Parce que micro-syntaxique

9Parce que micro-syntaxique (MIS) correspond au cas canonique comme dans l’exemple suivant :

(2)

Pierre est rentré parce qu’il pleuvait

  • 8   Nous nous contenterons de signaler ce critère syntaxique de subordination souvent cité. D’autres (...)

10Parce que peut dans ce cas être inséré dans une construction d’extraction, ce qui permet de vérifier qu’il fonctionne comme une « vraie » conjonction de subordination8 :

C’est parce qu’il pleuvait que Pierre est rentré

  • 9   Parce que MIS correspond à ce que Ducrot et al. (1975) appellent un opérateur et Moeschler (1986) (...)

11Le test du dispositif en c’est… que montre bien que les éléments introduits par parce que sont régis par la construction verbale Pierre est rentré. Quant aux propriétés sémantiques de parce que MIS, la conjonction exprime des relations causales9.

4.2. Parce que macro-syntaxique

12Voici un exemple souvent cité comme un cas prototypique de parce que macro-syntaxique (MAS) :

(3)

Pierre est là, parce que sa voiture est devant la porte

  • 10   Dans les ouvrages de Blanche-Benveniste (1990) et Jeanjean (1983), le type de lien hors rection e (...)

13Les entités articulées par parce que MAS n’ont pas de lien qui puisse être décrit comme une relation entre une construction verbale rectrice et un élément régi10. Parce que MAS ne peut pas être inséré dans la construction d’extraction :

* C’est parce que sa voiture est devant la porte que Pierre est là

  • 11   Les deux unités articulées par parce que sont définies par Debaisieux à base de critères syntaxiq (...)
  • 12   Parfois des cas de parce que MAS sont décrits comme un emploi « proche du fonctionnement coordonn (...)
  • 13   Nous remercions notre évaluateur anonyme de la lecture très attentive prêtée à ce travail et de n (...)

14Debaisieux appelle le lien entre les éléments situés à gauche et à droite11 de parce que une relation macro-syntaxique, où parce que est appelé connecteur macro-syntaxique. Ce parce que MAS correspond à ce que Moeschler (1986) et Roulet (1985) appelleraient connecteur pragmatique, qui exprime une relation entre deux actes illocutoires/énonciatifs. Cependant, il est important de souligner que la distinction entre parce que MIS et MAS repose sur le statut syntaxique du connecteur12, en ce sens que parce que MAS présente une grande liberté syntaxique par rapport à la proposition qu’il suit : il a un statut « indépendant », c’est-à-dire qu’il est un élément hors rection, contrairement au cas de parce que MIS qui est régi par ou subordonné à la proposition qu’il suit13. Les connexions sémantiques véhiculées par parce que MAS sont diverses, et ne relèvent pas seulement de la cause. Nous reviendrons sur cette diversité.

  • 14   Il faut souligner que Debaisieux s’appuie sur un grand nombre d’exemples réels tirés de corpus or (...)
  • 15           L’exemple se trouve aussi dans Deulofeu (1995).

15Le mérite du travail de Debaisieux est, selon nous, de joindre les perspectives syntaxique et communicative/énonciative, ainsi que d’élargir la description de parce que au-delà de la phrase, ce qui rend son modèle particulièrement intéressant (condition sine qua non) pour l’analyse des données orales réelles14. Nous reprenons un exemple de Debaisieux pour montrer la difficulté de rendre compte d’un cas de parce que MAS dans un cadre traditionnel d’analyse de la phrase15 :

(4)

moi je suis relativement optimiste hein/parce que je pense que actuellement nous avons une génération qui est la pire/ben celle qui a les plus graves problèmes celle des beurs/mais ils vont avoir des enfants à leur tour et la troisième génération ils seront français (Homme – écrivain)

16Le dispositif d’extraction n’est pas acceptable :

 ? C’est parce que je pense que actuellement nous avons une génération qui est la pire/ben celle qui a les plus graves problèmes celle des beurs/mais ils vont avoir des enfants à leur tour et la troisième génération ils seront français que moi je suis relativement optimiste hein

17Pour expliquer l’affirmation je suis relativement optimiste, il faut tenir compte de l’argument la troisième génération ils seront français. Debaisieux propose de structurer l’exemple de la façon suivante :

(moi je suis relativement optimiste hein) parce que (je pense que actuellement nous avons une génération qui est la pire/ben celle qui a les plus graves problèmes celle des beurs mais ils vont avoir des enfants à leur tour et la troisième génération ils seront français)

18C’est cette propriété de « couvrir » une séquence de texte (qui s’étend au-delà de la phrase) qui rend la perspective macro-syntaxique très pertinente dans l’analyse des données orales. De nombreuses occurrences de parce que dans notre corpus ont la propriété d’« organiser » une séquence de texte entière, comme dans l’exemple suivant. Dans l’interview, l’apprenante rend compte de son séjour à Besançon en France. Elle dit qu’il n’y a pas beaucoup de choses à faire à Besançon en été. Son interlocuteur s’oppose à cette assertion :

(5)

li2y‑4470 E : il n’y avait pas beaucoup de + choses à faire Xet$

li2y‑4480 I : il y a des endroits SIM très agréables à Besançon $

li2y‑4490 E : oui (I : mm)/oui il y en aparce que moi je connai :s

li2y‑4500 E : rien de Besançon avant que j’étais allée/(I : m) et je

li2y‑4510 E : parlais Xd’une Française elle a dit que c’est c’est

li2y‑4520 E : le plus laide ville e :n toute la France $

li2y‑4530 I : non $

li2y‑4540 E : alors quand je suis revenue je pense que c’était très

li2y‑4550 E : beau mai :s// (I : mm) m :ais après deux mois j’en ai

li2y‑4560 E : assez je pense

19Parce que dans (5) organise une séquence qui justifie la confirmation (concession) oui il y en a. La séquence finit par c’était très beau mai :s (ligne 4550).

20Dans les parties qui suivent nous allons comparer le fonctionnement des parce que MAS chez les locuteurs non-natifs (LNN) et les locuteurs natifs (LN). Cependant, il nous faut d’abord ajouter quelques traits distinctifs, liés à l’énonciation, entre parce que MIS et MAS, à savoir les marques d’indépendance.

4.3. Marques d’indépendance de parce que macro-syntaxique

21Les « marques d’indépendance », notion introduite par Debaisieux, constituent une prise en compte des « traces » énonciatives (particulièrement les marques modales et indices de point de vue) qui permettent de déterminer si les éléments introduits par parce que ont un statut dépendant ( =régi) de la construction verbale précédente, comme avec parce que MIS, ou s’ils sont indépendants (de la construction verbale), ce qui implique un parce que MAS. Ces « traces », que Debaisieux appelle les marques d’indépendance, entrent en jeu dans l’analyse quand les éléments à gauche de parce que forment une construction verbale affirmative, ce qui est le cas dans la plupart des occurrences de nos données :

  • 16   La citation et l’exemple (6) sont de Debaisieux.

« on relève un certain nombre de traits qui soulignent qu’elles [ =les unités articulées par parce que] sont assumées, énonciativement et modalement, indépendamment l’une de l’autre »16

22C’est le cas dans l’exemple suivant, qui montre un parce que MAS :

(6)

ça je sais pas si c’est faisable/parce que la maternelle/je sais pas si tu peux interchanger les classes

23Dans l’exemple, les marques modales (en italique), soulignent l’indépendance entre les unités à gauche et celles à droite de parce que. L’organisation en thème-rhème (la maternelle – je sais pas si tu peux interchanger) dans parce que P contribue aussi à l’indépendance des unités. Nous signalons comme marques d’indépendance à l’instar de Debaisieux :

  • 17   Cf. par exemple Fernandez (1994) pour les particules énonciatives, qui englobent aussi des marque (...)
  • 18   Voir ex. 6.

* Reprise lexicale de l’élément nominal ou verbal dans parce que P.
* Marques de la prise en charge modale : je pense, je crois, je ne sais pas, justement, c’est sûr, à mon avis.
* Marques de la prise en charge énonciative : disons que, voyez-vous, quand même, quoi, vraiment, franchement.
* « Phatiques » (particules énonciatives)17 comme marques des frontières des unités communicatives : bon, eh ben, hein.
* Traits prosodiques : intonation fermante sur la période qui précède parce que ; pauses avant ou après parce que.
* Organisation en thème-rhème (en particulier) dans parce que P18.

24Les indices signalés ci-dessus sont importants pour faire la répartition des données en parce que MIS et MAS, comme nous le verrons, et constituent des traits supplémentaires aux propriétés formelles/syntaxiques (l’extraction). Cependant, nous sommes consciente du fait que les marques d’indépendances ne sont probablement pas les mêmes ni ne sont employées de la même façon chez les LN que chez les LNN.

5. Valeurs sémantico-discursives de parce que MAS

25Les valeurs sémantico-discursives de parce que MAS, nous l’avons déjà signalé, sont diverses, ce qui vaut aussi pour les occurrences repérées dans notre corpus. Nous en distinguons cinq : causative, spécifiante/ illustrative, contrastive, « pétition de principe » et « attitude ». Nous ferons une comparaison des valeurs entre les LNN et les LN : notre hypothèse est que la répartition des valeurs sémantico-discursives n’est pas la même dans les deux groupes de locuteurs.

5.1. Valeur causative

26La valeur causative, qui est celle qui domine nettement dans parce que MIS, est aussi la plus courante dans les parce que MAS de nos données. Par causative nous entendons une connexion qui peut véhiculer des liens de cause à effet dans le monde physique, ainsi que les raisons ou motifs du locuteur d’agir ou de penser d’une façon ou d’une autre. Il peut aussi s’agir d’une justification d’un sentiment.

27Dans l’exemple suivant, l’apprenante vient de répondre à une question sur ce qu’elle ferait si elle gagnait une grosse somme d’argent. Elle aimerait en mettre de côté pour « investir », et son interlocuteur lui demande :

(7)

li1c‑3230 I : dans quoi ? $

li1c‑3240 E : je ne sais pas/c’est e :h important d’avoir/de

li1c‑3250 E : l’argent/parce que maintena :nt/j’ai :j’ai emprunté/

li1c‑3260 E : de l’argent/je ne travaille pas/j’ai déjà vingt/

li1c‑3270 E : vingt mille francs ou vingt mille couronnes e :h *i skuld

li1c‑3280 E :/à rend à + rend rendre $

li1c‑3290 I : de de dettes/de dettes SIM/(E : mm) mm très bien $

28Le test avec c’est… que indique un parce que MAS :

 ? C’est parce que maintenant j’ai j’ai emprunté de l’argent que c’est e :h important d’avoir de l’argent

  • 19   Thème, est ici compris dans un sens global, à savoir comme le cadre dans « la structure canonique (...)
  • 20   Voir les marques d’indépendance (section 4.2.1).

29Une interprétation de c’est important…. comme une assertion générique, rend l’insertion en c’est… que tout à fait incohérente. L’interprétation c’est important d’avoir de l’argent [pour moi] obtient son explication par je ne travaille pas et j’ai déjà vingt mille couronnes de dettes. Nous postulons donc que parce que couvre la séquence soulignée. Le fait que parce que introduise une organisation en thème-rhème19 (maintenant – j’ai emprunté de l’argent) et la reprise lexicale (de l’argent) soulignent aussi l’indépendance énonciative des unités articulées par le connecteur (signe de parce que MAS)20.

30Voici deux parce que MAS d’un informateur francophone :

(8)

(thème : s’adapter et rencontrer des gens n’est pas facile en Suède)

ci1p‑2340 E : et puis aussi rencontrer des gens/eu :h c’est un peu difficile

ci1p‑2350 E :parce que/bon euh/c’est toujours mieux de s’exprimer

ci1p‑2360 E : en suédois/parce que l’anglais ben c’est un peu :eu :h

ci1p‑2370 E : ça ça marche peut‑être quelques soirées comme ça mais

ci1p‑2380 E : pour avoir une relation à long terme avec des gens c’est

ci1p‑2390 E :/c’est un peu difficile/donc eu :h j’ai :je n’ai-je

ci1p‑2400 E : n’ai pas rencontré beaucoup de gens mis à part les

ci1p‑2410 E : coopérants//

31L’insertion en c’est… que semble difficile :

 ? C’est parce que bon euh c’est toujours mieux de s’exprimer en suédois que rencontrer des gens c’est un peu difficile
 ? C’est parce que l’anglais ben c’est un peu euh ça ça marche peut-être quelques soirées comme ça mais pour avoir une relation à long terme avec des gens c’est/c’est un peu difficile que c’est toujours mieux de s’exprimer en suédois

32Les nombreuses marques d’indépendance, à savoir des phatiques (bon, ben), l’organisation en thème-rhème (rencontrer des gens-c’est difficile), ainsi que des traits prosodiques (pauses avant et après parce que) soulignent l’autonomie énonciative des propositions autour de parce que. Pour nous, le parce que de la ligne 2350 couvre toute une séquence énonciative jusqu’à la ligne 2390, à l’intérieur de laquelle le deuxième parce que (l.2360) introduit une incise. Nous reviendrons aux incises en (7).

5.2. Valeur spécificative/illustrative

  • 21   L’explication correspond à la valeur causative et l’explicitation à la valeur spécificative.

33Il y a spécification lorsque le locuteur introduit par parce que des informations qui servent à expliciter, clarifier ou développer le contenu propositionnel de l’énoncé précédent. Un connecteur courant de spécification est c’est-à-dire. On pourrait parfois insérer c’est que, c’est ou cela veut dire, pour expliciter l’enchaînement sémantique. La valeur illustrative ressemble à la spécification, à ceci près que la spécification est plus exhaustive : l’illustration ne donne qu’une sélection des possibilités. Par exemple, comme, entre autres choses sont des connecteurs caractéristiques de la valeur illustrative. Ce type de démarches explicatives peut être distingué de la valeur causative par le caractère plus descriptif de la spécification/ illustration (il n’est pas question de l’origine ou de la cause d’un phénomène). Cette distinction correspond à la distinction faite par de Gaulmyn (1987), qui sépare l’explication de l’explicitation 21 (cf. aussi Lundquist, 1980).

34Dans l’exemple suivant, l’apprenante vient de dire qu’elle est restée à Paris pendant un an et demi où elle a travaillé comme fille au pair. Son interlocuteur reprend ce qu’elle vient de dire :

 (9)

li1c‑0570 I : mm et un an et demi oui $

li1c‑0580 E : oui deux fois parce que/euh je suis restée d’abord neuF

li1c‑0590 E : mois/et puis neuF mois encore $

35Le test de c’est… que indique un MAS :

 ? C’est parce que je suis restée d’abord neuf mois et puis neuf mois que [c’est] deux fois

36Le connecteur dans (Ex. 9) n’introduit pas une cause ou une raison de son séjour en France mais explicite deux fois.

37Dans (Ex. 10) l’apprenante spécifie l’indication temporelle tôt dans ce contexte particulier. L’intervieweur demande quand sa mère est arrivée de Pologne en Suède (il fait d’abord un lapsus) :

(10)

li4y‑3840 I : elle est arrivée elle est SIM arrivée tôt en Pologne

li4y‑3850 I : ou :e :n Suède pardon ? (RIRE)$

li4y‑3860 E : e :n Suède oui (RIRE)/oui oui parce que c’est da :ns la

li4y‑3870 E : guerre/la deuxième guerre (I : m) SIM mondiale

 ? C’estparce que c’est dans la deuxième guerre mondiale qu’elle est arrivée tôt en Suède

38On trouve aussi des cas de cette relation chez les francophones :

(11)

ci1a‑0790 E : […] pour rien au monde je serais allée dans un pays du

ci1a‑0800 E : sud ça :quelque chose qui m’attirait pas je trouvais que

ci1a‑0810 E : c’était/un petit peu trop/trop tape‑à‑l’oeil et puis

ci1a‑0820 E : un petit peu trop superficiel/(I : mhm) mais c’est

ci1a‑0830 E : certainement un a priori parce que je parle de choses que

ci1a‑0840 E : je ne connais pas

 ? C’estparce que je parle de choses que je ne connais pas que c’est certainement un a priori

39Dans (Ex. 11) le terme a priori est développé par choses que je ne connais pas. L’exemple pourrait être paraphrasable par c’est certainement un a priori c’est-à-dire que je parle de choses que je ne connais pas.

40Dans une autre séquence, l’apprenante dit qu’elle pense qu’il y a plus d’égalité en France (qu’en Suède) entre les hommes et les femmes (l.2660-2670), et l’intervieweur lui demande de développer son opinion :

(12)

E : […] moi je pense que

li2y‑2660 E : c’est/c’est quelque part il y a plus d’égalité en

li2y‑2670 E : France qu’ici je pense $

li2y‑2680 I : ah bon/de quelle façon ?

li2y‑2690 E : hm parce que je pense que :les hommes et les femmes se

li2y‑2700 E : rencontrent plus comme amis qu’ici je pense…

 ? C’estparce que je pense que : les hommes et les femmes se rencontrent plus comme amis qu’ici je penseque c’est quelque part il y a plus d’égalité en France qu’icije pense

41Selon notre lecture de (Ex. 12), l’apprenante explicite son opinion par une illustration (les hommes et les femmes se rencontrent…). Les nombreuses marques d’indépendance (en gras) autour de parce que indiquent un MAS. On peut noter que l’apprenante répond en introduisant son tour de parole par parce que, bien que la question (de quelle façon ?) soit une demande d’illustration ou de spécification de « plus d’égalité en France » (cf. 8).

42La relation illustrative est très rare parmi les francophones de notre corpus. Dans (Ex. 13) l’informateur parle de son impression de la langue suédoise (comparée avec l’anglais) :

(13)

ci1p‑2040 E : […]/donc eu :h la grammaire est un

ci1p‑2050 E : petit peu plus compliquée parce qu’il y a il y a deux

ci1p‑2060 E : genres et des choses comme ça (I : mm mm mm) SIM/au

 ? C’est parce qu’il y a il y a deux genres et des choses comme ça que la grammaire est un petit peu plus compliquée

  • 22   Dubois (1992).

43La caractérisation compliquée de la grammaire suédoise est illustrée par deux genres. La particule d’extension22 (des choses comme ça) renforce l’interprétation de (Ex. 13) comme une illustration, par opposition à une description exhaustive (spécification) : on comprend par (des choses comme ça) qu’il y a d’autres traits compliqués dans la grammaire.

44Un cas intéressant, qui n’est pas une explicitation dans le sens d’une expansion (l’adjonction d’une information plus détaillée, comme dans toutes les occurrences citées ci-dessus), mais celui où parce que introduit une réduction, à savoir que la proposition à droite de parce que est d’une plus grande généralisation que celle qui est à gauche :

(14)

(thème : comparaison entre la femme française et la femme suédoise)

i2m-1540 E : […] je trouve que :/

li2m‑1550 E : non la femme euh// la femme françaiSe la femme suédoiSe

li2m‑1560 E :/sont/peut‑être/dans les grands villes je veux dire

li2m‑1570 E :/(I : mm) SIM il y a plus euh/euh/# qu’est‑ce qu’on

li2m‑1580 E : dit reconnaissance non $

li2m‑1590 I : ressemblance ? $

li2m‑1600 E : ressemblance oui/(I : mm) parce que :/les femmes dans

li2m‑1610 E : les grands villes sont/toujours/les mêmes/on peut

li2m‑1620 E : dire

45Il s’agit dans (Ex. 14) d’une reformulation (je veux dire, on peut dire soulignent l’effort de reformuler), où l’apprenante exprime la même chose deux fois avec une certaine variation, où parce que introduit une généralisation (La Française et la Suédoise dans les grandes villes Les femmes dans les grandes villes).

5.3. Valeur de Contraste

46Nous avons noté quelques cas de parce que introduisant des propositions, qui pourraient être caractérisées comme sémantiquement opposées l’une à l’autre. Parfois on peut paraphraser la connexion par mais, par contre ou en revanche. Les propositions en contraste sont soulignées.

47Voici un exemple où parce que introduit une réserve de l’apprenante envers sa propre capacité de lire en français. Dans l’exemple, je peux lireen français est opposé à je comprends pas tout.

(15)

li1c‑2220 E : (I : mhm)/j’ai acheté : quelques d’autres livres français

li1c‑2230 E :/parce que je pense maint/que maintenant je peux lire

li1c‑2240 E : en français au lieu de/# en suédois/de lire en

li1c‑2250 E : suédois// parce queje comprends/pas tout mai :s/ça

li1c‑2260 E : va/très bien $

48Il est évident que le dispositif en c’est… que ne convient pas dans cette catégorie :

 ? C’est parce que je comprends pas tout que je pense que maintenant je peux lire en français

  • 23   Nous empruntons cette notion à Debaisieux.

49La pause avant parce que indique que parce que P est ajouté rétroactivement, et prend la fonction d’une concession : [j’admets que] je ne comprends pas tout mais ça va très bien. L’adjonction d’une information rétroactivement, signalée par Halliday & Hasan (1976) comme un effet d’afterthought23, est une des propriétés caractéristiques de la langue parlée spontanée.

50L’informateur francophone décrit dans (Ex. 16) son impression de l’hiver nordique. C’est, à la première ligne, renvoie à l’hiver en Suède.

ci1f‑1060 E : non (I : mm) c’est c’est une bonne expérience j’aime bien

ci1f‑1070 E : justement que : # les contrastes/(I : mm mm) c’est bien

ci1f‑1080 E : que ce soit/# qui fasse froidparce quele plus dur

ci1f‑1090 E : c’est que euh quand il fait noir en décembre/(I : mm)

51Dans (Ex. 16), le couple bien-froid est opposé à dur-noir.

5.4. Valeur de Pétition de principe

52Nous avons emprunté le nom de cette catégorie à une notion abondamment discutée dans la littérature rhétorique (la pétition de principe). Un exemple construit serait : « tu n’es pas gentil parce que tu es méchant ». L’argument qui est introduit par parce que ne contient rien de nouveau en matière d’information, par rapport à la thèse, et devient ainsi circulaire ou redondant. Il est à noter que nous ne nous prononçons pas, dans ce cadre, sur la façon de raisonner chez les apprenants. Notre intérêt porte sur le lien sémantique créé en apparence par le connecteur. On relève des exemples comme celui qui suit.

53Dans (Ex. 17), l’apprenante raconte que son père ne s’intéressait pas à son travail scolaire. La proposition introduite par parce que n’apporte pas d’information par rapport à celle qui la précède.

(17)

li3y‑3150 E : j’avais seulement mo :n mon père et il s/pour lui ça :

li3y‑3160 E : ça faiSait rien si j’étais bon ou mauvais ou $

li3y‑3170 I : à l’école ?$

li3y‑3180 E : oui/parce qu’i :faisait rien/pour ça…

54La présence de parce que dans (Ex. 17) devient compréhensible dans un cadre discursif, et ce cas peut être rapproché de celui signalé par Garcia (1977) dans la langue parlée. L’auteur constate que parce que à l’oral « est souvent employé en initiale absolue et perd alors sa valeur strictement explicative pour marquer uniquement un enchaînement confirmatif ». Garcia signale l’exemple suivant où parce que sert à introduire un énoncé qui reprend, dans une confirmation, les mots de l’interlocuteur précédent :

(18)

(thème : la condition de la femme dans un débat simulé entre adolescents)

V : La femme peut faire sa politique si elle veut mais

T : Elle peut faire la politique aussi bien que l’homme

J-P : Peut-être mais personne lui fait confiance

T : C’est ça voilà parce que personne lui fait confiance, alors

55Deulofeu (1995) signale aussi cette fonction dans la conversation quotidienne.

56Un cas qui pourrait être caractérisé comme une pétition de principe chez un francophone du corpus est le suivant :

(19)

ci1l‑2180 I : il y en a beaucoup qui aimerait SIM pratiquer leur

ci1l‑2190 I : français aussi/vous pouvez pas ? $

ci1l‑2200 E : oui ah ben avec avec ceux qui parlent français je parle

ci1l‑2210 E : en français/(I : mm mm) parce qu’ils parlent en

ci1l‑2220 E : français (I : mm)

5.5. Attitude

57Parce que MAS peut introduire une attitude mimo-gestuelle, exprimée ici par le rire.

(20)

(thème : cours de langue en France)

li1n-1200 I : mm vous parliez beaucoup ? ou c’était le professeur qui

li1n-1210 I : parlait le plus ? $

li1n-1220 E : (TOUX) mm st eh c’était le professeur + je pense (RIRE)

li1n-1230 E : parce qu’il (RIRE)/$

li1n-1240 I : ouais les Français sont SIM bavards hein ? $

li1n-1250 E : oui (RIRE) $

58L’apprenante interrompt sa réponse (l.1230) dans l’exemple sans terminer la proposition introduite par parce que et rit, après quoi elle fait une pause. Elle laisse la suite de l’énoncé implicite, mais confirme l’inférence faite par l’intervieweur (les Français sont bavards). L’attitude de l’apprenant peut être vue comme un geste de politesse positive (Brown & Levinson, 1978), de coopération par la recherche de l’approbation de son interlocuteur.

59Aucun cas de parce que où le locuteur s’interrompt et laisse la suite de l’énoncé dans l’implicite n’a pu être repéré parmi les francophones.

6. Quantification des parce que MIS et MAS et des catégories sémantico-discursives de parce que MAS

60Il nous a paru intéressant de voir d’abord les tendances de la répartition des occurrences de parce que MIS et MAS chez les LNN et les LN (tableaux 3a et 3b). Les différentes catégories sémantico-discursives à l’intérieur de parce que MAS ont ensuite été comptées (tableaux 4a et 4b). L’élaboration qualitative des catégories de parce que MAS, a été basée sur six apprenants et six francophones. Dans l’étude quantitative ont été comptées les occurrences dans deux interviews de quatre LNN et dans une interview de quatre LN (douze interviews au total).

61Les tableaux 3a et 3b montrent le nombre d’occurrences des parce que MIS et MAS chez les LNN et LN.

Tableau 3a : Parce que MIS et MAS : Apprenants

Apprenants

Chr

Jes

Mar

Nat

Total

PQ MIS

10

6

9

10

35 (31 %)

PQ MAS

20

15

24

12

71(63 %)

Interr/inclass

1

3

1

1

71(63 %)

Total

31

24

34

23

6(5 %)

N total de mots

2825

2540

3112

1821

10298

Tableau 3b : Francophones

Francophone

Cat

Fra

Lau

Pierre-N

Total

PQ MIS

3

3

2

4

12 (25 %)

PQ MAS

3

12

10

8

33(69 %)

Interr/inclass

-

1

1

1

3(6 %)

Total

6

16

13

13

48(100 %)

N total de mots

2377

2779

3023

3356

11535

Légende : PQ MIS/MAS = nombre d’occurrences de parce que MIS et MAS. Interr/Inclass = interruption ou occurrence inclassable.

62Il ressort des tableaux 3a et 3b que la tendance, en ce qui concerne la proportion entre parce que MIS et MAS, est la même chez les LNN et les LN, c’est-à-dire que parce que MAS l’emporte. Parce que MIS constitue environ 1/3 des occurrences chez les LNN et un peu moins, 1/4, parmi les LN. La proportion de parce que MAS est à peu près la même dans les deux groupes (LNN : 63 % ; LN : 69 %). Les tableaux montrent nettement que l’occurrence de parce que MAS est un phénomène courant parmi les locuteurs natifs aussi bien que chez les apprenants.

Tableau 4a : Valeurs sémantico-discursives à l’intérieur de parce que MAS : Apprenants

N

Chr

Jes

Mar

Nat

Total

caus

9

4

15

7

35 (50 %)

spec/illu

7

11

6

4

29(40 %)

Contr

3

-

2

-

5(7 %)

pet de princ

-

-

-

1

1(1 %)

attitude

1

-

-

1

2(1 %)

Tot

20

15

24

13

71(100 %)

Tableau 4b : Francophones

N

Cat

Fra

Lau

Pierre-N

Total

PQ MIS

3

8

9

4

24 (73 %)

PQ MAS

-

3

-

2

5 (15 %)

Interr/inclass

-

1

-

2

3 (6 %)

Total

-

-

1

-

1 (3 %)

N total de mots

3

12

10

8

33 (100 %)

Légende : N = nombre d’occurrences

63Les deux tableaux 4a et 4b montrent que la relation causative est la valeur la plus importante chez les LNN et les LN, avec respectivement 50 et 73 %. Ces chiffres nous montrent aussi qu’il y a un emploi non négligeable des autres fonctions, qui constitue environ 50 % des cas du connecteur des LNN et 25 % des LN.

  • 24  Hancock (à paraître).

64La valeur de spécification/illustration constitue environ 40 % des cas des LNN, ce qui fait une différence considérable avec les LN, pour lesquels l’emploi se situe autour de 15 %. Ces valeurs sont donc deux à trois fois plus fréquentes chez les LNN. Dans une étude sur les marqueurs d’expansion (introduisant spécifications et illustrations)24 nous avons observé que parce que est le marqueur d’expansion le plus fréquent parmi les LNN. Ces cas d’expansion sont parmi ceux qui ont été comptés dans ce groupe. Notre hypothèse est donc qu’une partie du suremploi de parce que pourrait être attribuée au recours à ce connecteur comme marqueur d’expansion. L’emploi des valeurs de contraste et pétition de principe est minoritaire chez les LNN aussi bien que chez les LN, mais constitue néanmoins un trait intéressant. La valeur de contraste semble avoir une importance argumentative (introduction d’une concession ou d’une opposition).

65Dans les deux parties qui suivent, nous allons examiner le fonctionnement de parce que à deux autres niveaux : nous examinerons le rôle du connecteur dans l’organisation hiérarchique du discours puis dans la gestion des tours de parole.

7. Incises de parce que : parce que « latéral »

66La catégorie « incise » englobe toutes les catégories sémantico-discursives. Les incises peuvent donc assumer les fonctionnements des catégories de la section 5. Nous nous sommes inspirée pour cette catégorie d’un terme provenant de l’analyse conversationnelle (séquence latérale, Bange, 1992). Nous entendons par ce terme les propositions introduites par parce que où le locuteur abandonne le sujet principal pour ajouter de l’information (corriger, clarifier ou préciser) qu’il pense être importante pour la compréhension. Le locuteur prononce souvent cette séquence à un niveau intonatif plus bas et avec une intensité diminuée par rapport au discours qui précède et qui suit. Les incises constituent une catégorie très importante dans la classification de parce que macro-syntaxique de Debaisieux (op. cit.). On peut rapprocher cette fonction du phénomène signalé par Blanche-Benveniste (1995), où les subordonnées « conjonctives » sont en arrière-plan : « Les subordonnées introduites par parce que, puisque ou comme sont souvent consacrées à des commentaires, qui échappent au déroulement chronologique des épisodes ». La séquence « latérale » est soulignée :

(21)

un jour sa grand – sa belle-mère lui dit écoutez Hubert – parce que’il s’appelle Hubert Litier en plus – Hubert il faudrait que vous m’ouvriez le vasistas

67Debaisieux (op. cit.) propose l’exemple d’un enregistrement radiophonique avec un célèbre écrivain :

(22)

je vais presque chaque semaine dans une classe parler avec les enfants de ce qu’ils ont lu de moi/parce qu’il n’y a pas que Vendredi il y a aussi d’autres choses/et je pourrais écrire un livre sur tout ce que j’ai entendu d’eux

68Il s’agit évidemment d’un phénomène très courant dans le français parlé contemporain.

69Cependant, il est intéressant de noter qu’un seul apprenant sur les six examinés utilise cette fonction :

(23)

li4m‑1410 I : mm/et qu’est‑ce que tu penses faire après les soixante

li4m‑1420 I : points donc tu m’as dit travailler ? $

li4m‑1430 E : oui :eu :h/m je ne sais pas j’ai parlé avec ***

li4m‑1440 E : *** [ =professeur] l’autre jour/(I : mm)parce quon/on était

li4m‑1450 E : euh # le cours/qu’on a eu avec elle (I : m) on était

li4m‑1460 E : invité chez elle (I : m m) SIM l’autre jour/et on a

li4m‑1470 E : parlé de/de prendre un cours à *KV (I : mm) moi et

li4m‑1480 E : quelques autres X/s’il y avait a :ssez d’étu :diants et

li4m‑1490 E : elle pouvait/nous donner des cours $

70Debaisieux (op. cit.) signale que l’effet d’afterthought (cf. 5.3) peut être considéré comme un cas spécial d’une incise introduite par parce que. Cependant, ce qui caractérise justement l’incise, c’est le retour au fil conducteur, et ce retour n’est pas repérable dans les interviews des apprenants, à l’exception de l’apprenant cité dans (Ex. 23). Dans la production orale de cet apprenant, il y a nombre de traits morpho-syntaxiques et discursifs qui indiquent un niveau « avancé » de compétence linguistique (Bartning, 1990 et Kihlstedt, en cours). Nous proposons de considérer l’emploi des incises introduites par parce que comme un des traits qui indiquent un niveau avancé (cf. l’article de Bartning dans ce volume), notamment en ce qui concerne la compétence discursive. Par compétence discursive, nous entendons ici la capacité d’organiser le discours en niveaux hiérarchiques : l’incise peut souvent être considérée comme une information facultative, qui constitue une digression du thème principal, comme nous l’avons signalé.

71On trouve plusieurs cas de parce quelatéral chez les francophones du corpus. Ainsi l’informateur francophone raconte comment, après quelques mois en Suède, il s’est rendu compte qu’il se trouvait « en situation d’étranger » aux cours de langue suédoise avec d’autres immigrés :

(24)

ci1p‑4700 E : je sens un peu ce :// + ces ces impressions $

ci1p‑4710 I : finalement SIM/mm $

ci1p‑4720 E : et puis euh et puis aussi ce qui était drôle c’est euh/

ci1p‑4730 E : c’est lorsque j’ai :j’ai parlé de ça à ma mère/(I : mhm)

ci1p‑4740 E : parce que ma mère est un petit ah elle est un p un petit

ci1p‑4750 E : (HESITATION) peu raciste quoi un pi peu (I : mm mm) SIM

ci1p‑4760 E : un peu comme tous les Français enfin bon (I : mhm) SIM/

ci1p‑4770 E : alors quand je lui dit que moi je me retrouvais dans

ci1p‑4780 E : cette situation (I : mm) SIM ça ça l’a fait réfléchir un

ci1p‑4790 E : petit peu/(I : mm mm) alors ça c’est bien en fait

ci1p‑4800 E : (RIRE) $

8. Fonction de parce que dans la gestion des tours de parole

72Une partie du suremploi du connecteur est probablement liée à un emploi fortement dépendant de la situation en face à face, et peut refléter une stratégie du locuteur pour créer une continuité dans la conversation et gérer le système des tours de parole dans le dialogue. Nous pensons en particulier aux exemples 12, 14 et 17.

73Il s’est avéré que, parmi les trois positions dans le tour de parole que le connecteur peut occuper, à savoir en tête, au milieu, ou en fin d’un tour de parole, la position en tête de tour de parce que est deux fois plus fréquente chez les LNN que chez les LN (voir le tableau 5). Le nombre d’occurrences de parce que en tête de tour de parole constitue 29 % chez les LNN et 14 % chez les LN.

Tableau 5 : Positions de parce que à l’intérieur du tour de parole

N de P.Q.

T

M

F

Tol

Apprenants

57 (29 %)

135(69 %)

5(3 %)

196(100 %)

Francophone

11(14 %)

69(85 %)

1(1 %)

81(100 %)

T = tête, M = milieu, F = fin. Deux interviews de six apprenants, ainsi qu’une interview de six francophones (18 interviews au total).

74La différence de fréquence en tête de tour pourrait indiquer une différence de l’emploi au niveau discursif, à savoir que les LNN ont recours à parce que en grande partie pour régler le changement des tours de parole (relance et prise de parole). Cette hypothèse est renforcée par l’observation que 55 % des parce que en tête de tour chez les LN sont précédés par un pourquoi ?, mais seulement 35 % chez les LNN.

  • 25   Cette interprétation est compatible avec celle de Morel (1996), qui analyse parce que en tête du (...)

75À titre d’exemple, nous signalons ici quelques cas dans lesquels nous considérons que parce que au début d’un tour a une charge sémantique très affaiblie et fonctionne comme un « dispositif interactif », qui sert à prendre ou à relancer la parole25 :

76Parce que est suivi d’une rupture syntaxique :

(25)

li3p‑3260E : alors euh je suis allée à Besançon/a/prè :s m la fête

li3p‑3270E : du bicentennaire e :t $

li3p‑3280 I : pourquoi après ? $

li3p‑3290 E : oui parce que euh/c’est pour de :s des raisons euh/

li3p‑3300 E : (SOUPIR) personnelles

  • 26   Erman & Kotsinas (1993) signalent une « réduction phonologique » liée à l’affaiblissement sémanti (...)

77Parce que est réduit au niveau de la prononciation, signe d’affaiblissement sémantique26 :

(26)

li1j-1700 I : aha mm// mais qu’est-ce que tu fais comme coéquipière

li1j-1710 I : alors ?/tu Xle :s a des cloches-mains ou… ?$

li1j-1720 E : oui c’est vraiparceeh on a/un plan/(I : mm) parce

li1j-1730 E : mais c’est pas un plan comme// (I : TOUX) un plan normal

78L’apprenant enchaîne sur son propre énoncé :

(27)

(thème : l’éducation, l’attitude des parents de l’apprenant)

li2j-2260 I : mm/ils étaient contents de tes résultats scolaires et ?$

li2j-2280 E : oh oui $

li2j-2290 I : oui $

li2j-2300 E : oui./parce que d’abord/j’ai dû faire/mes devoirs

li2j-2310 E :/puis/je pouvais sortir $

9. Conclusion

79Nous avons comparé des cas non canoniques de parce que (parce que macro-syntaxique) dans la production orale de LNN avec ceux de LN. A cette fin nous avons eu recours au modèle élaboré par Debaisieux (op. cit.). L’examen nous montre d’abord que l’emploi de parce que macro-syntaxique (MAS) est courant chez les LNN aussi bien que chez les LN du corpus. L’étude quantitative des valeurs sémantico-discursives de parce que MAS indique que la valeur spécifiante/illustrative est deux à trois fois plus fréquente chez les LNN que chez les LN, ce qui pourrait expliquer une partie du suremploi. D’autre part, certaines occurrences (sans tenir compte de la valeur sémantique véhiculée) peuvent être attribuées à parce que dans la fonction d’introduction ou de relance de la parole, fonction qui semble plus fréquente chez les LNN que chez les LN, à en juger par les nombreuses occurrences en tête des tours de parole. Dans le discours de l’apprenant, le fait d’introduire des incises par parce que (parce que latéral), semble impliquer un niveau avancé chez celui-ci et concerne la compétence discursive. Il faudrait examiner un plus grand nombre d’apprenants pour voir si ce « trait » coïncide avec d’autres traits indicateurs d’un niveau avancé.

Haut de page

Bibliographie

ADAM, J. M. (1990). Eléments de linguistique textuelle. Liège : Pierre Mardaga.

ALI BOUACHA, A. (1981). « Alors dans le discours pédagogique : épiphénomène ou traces d’opérations discursives ? ». Langue Française 50 : 39-58.

ANDREWS, B. (1989). « Marqueurs de rupture du discours ». Le français moderne 3-4 : 196-218.

BANGE, P. (1992). Analyse conversationnelle et théorie de l’action. Paris : Didier.

BARTNING, I. (1990). « L’interlangue française des apprenants universitaires suédois - aspects de l’accord du verbe », in O. Halmøy, A. Halvorsen & L. Lorentzen (eds). Actes du onzième congrès des romanistes scandinaves. Trondheim : 27-28.

BARTNING, I. (ce volume). « L’apprenant dit avancé et son acquisition d’une langue étrangère - tour d’horizon et esquisse de la variété avancée ».

BERRENDONNER, A. (1990). « Pour une macro-syntaxe ». Travaux de linguistique 21 : 25-31.

BLANCHE-BENVENISTE, C. (1990). Le français parlé, études grammaticales. Paris : Editions du CNRS.

BLANCHE-BENVENISTE, C. (1995). « De la rareté de certains phénomènes syntaxiques en français parlé ».Journal of French Language Studies 5: 17-29.

BROWN, P. & LEVINSON, S. (1978). Politeness. Some universals in language usage. Cambridge : Cambridge University Press.

CHEVALIER, J-C. (1986). « Structuration d’un discours français par un migrant, apprenant en milieu naturel ». Langue Française 71 : 17-31.

DANON-BOILEAU, L. & MOREL, M-A. (1994). « L’oral ou comment simplifier l’écoute de l’autre ». Cahiers du Français contemporain, Credif-Saint Cloud : 265-92.

DEBAISIEUX, J-M. (1994). Le fonctionnement de parce que en français parlé contemporain : description linguistique et implications didactiques. Thèse de doctorat. Université de Nancy, France.

DEULOFEU, J. (1995). « Le dilemme de la “Modernisation des terminologies” en linguistique ». Travaux de Linguistique 31 : 25-45.

DUBOIS, S. (1992). « Extension particles, etc. ». Language Variation and Change 4 : 179-204.

DUCROT, O. et al. (1975). « Car, parce que, puisque ». Revue Romane 10 : 248-280.

ERMAN, B. & KOTSINAS, U-B. (1993). « Pragmaticalization: the case of ba’and you know ». Studier i modern språkvetenskap 10: 76-93.

FERNANDEZ, J. (1994). Les particules énonciatives dans la construction du discours. PUF : Paris.

DE FORNEL, M. (1989). « Parce que et le problème de l’inférence ». Cahiers de Linguistique Française 10 : 171-192

GARCIA, C. (1977). « Argumenter à l’oral : de la discussion au débat ». Pratiques 28 : 95-124.

DE GAULMYN, M.-M. (1991). « Expliquer des explications », in U. Dausenschön-Gay, E. Gülich & U. Krafft (eds) : Linguistische Interaktionsanalysen, Beitrage zum 20. Romanistentag 1987, Tübingen : Niemeyer.

GIACOMI, A. (1994). « Développement de la compétence argumentative chez des apprenants arabophones ». Profil d’apprenants. Actes du 9ème colloque international : acquisition d’une langue étrangère. Saint-Etienne, 13-15 mai 1993, Publications de l’Université de Saint-Etienne : 225-240.

HALLIDAY, M.A.K. & HASAN, R. (1976). Cohesion in English. London: Longman.

HANCOCK, V. (1994). « Le marqueur conversationnel mais : quelques emplois chez des apprenants du français langue étrangère ». Communication au 5ème congrès EUROSLA, 8-10 septembre 1994, Aix-en-Provence.

HANCOCK, V. (à paraître). « Les marqueurs de reformulation dans la production orale des apprenants ». Actes du treizième congrès des romanistes scandinaves. Jyväskylä, août 1996.

JEANJEAN, C. (1983). « A propos de l’utilisation des conjonctions chez les enfants ». RSFP 5 : 191-210. Groupe Aixois de Recherches en Syntaxe. Université de Provence.

KIHLSTEDT, M. (en cours). L’expression de la temporalité dans l’interlangue des apprenants avancés. Thèse de doctorat : Université de Stockholm.

KLEIN, W. & PERDUE, C. (1992). Utterance structure. Developing grammars again. Studies in Bilingualism. Amsterdam: Benjamin.

LUNDQUIST, L. (1980). La cohérence textuelle. Copenhague: Nyt Nordisk Forlag Arnold Busck.

LUSCHER, J.-M. (1994). « Les marques de connexion : des guides pour l’interprétation », in Moeschler et al. (eds) : Langage et pertinence. Processus discursifs. Presses universitaires de Nancy.

MOESCHLER, J. (1986). « Connecteurs pragmatiques, lois de discours et stratégies interprétatives : parce que et la justification énonciative ». Cahiers de Linguistique Française 7 : 149-167.

MOESCHLER, J. (1993). « Relevance and conversation ». Lingua 90 : 149-71.

MOREL, M.A. (1996). « Structure de l’oral spontané en français. Unités d’analyse. Fonction des indices suprasegmentaux et identification des constituants constitutifs ». Communication à l’Université de Stockholm. En collaboration avec l’Institut des langues romanes de l’Université d’Uppsala.

MULLER, C. (1968). Initiation à la statistique linguistique. Larousse : Paris.

RAUPACH, M. (1984). « Formulae in second langage speech production », in H.W. Dechert, D. Möhle & M. Raupach (eds).Second Language Productions. Tübingen : Günter Narr.

ROULET, E. (1985). L’articulation du discours en français contemporain. Berne : Peter Lang.

SCHIFFRIN, D. (1987). Discourse Markers. Cambridge : Cambridge University Press.

VINCENT, D. (1993). Les ponctuants de la langue et autres mots du discours. Québec: Nuit Blanche.

WOODS, A., FLETCHER, P. & HUGHES, A. (1986). Statistics in language studies. Cambridge : Cambridge University Press.

Haut de page

Annexe

Appendice 1

Conventions de transcription

I : ; E :

Interviewer ; Etudiant

/ // ///

pause courte, moyenne et longue

+ SIM

marques respectives du début et de la fin des énoncés qui se chevauchent

SIM

suit le discours simultané de l’interviewer

(RIRE)

bruit non-verbal

eh euh

hésitation

X

syllabe incompréhensible

 :  

syllabe allongée

NON

syllabe appuyée

(I : mm)

signal de rétroaction

*

précède mot transcodique

st

claquement de la langue

$

fin de tour

Appendice 2

Calcul de t de Student-Fischer

Les deux moyennes des fréquences sont comparées dans un test du t de Student-Fischer. Les calculs sont basés sur les données suivantes : 16 interviews de huit apprenants différents (deux de chacun) sont comparées avec 16 interviews de différents francophones. La fréquence du connecteur dans chaque interview est montrée dans le tableau. Fréquence (F) = nombre d’occurrences de P. Q divisé par le nombre total des mots d’une interview.

LNN

Chr

Eva

Jes

Len

Mar

Nat

Per

Yvo

F (Int1)

1.5

0.52

0.93

0.65

0.53

1.2

1.0

0.74

F(Int2)

0.50

1.2

0.95

0.32

0.97

1.5

1.1

1.6

Moyenne (xl)

 = 0.9563

*

LN

Ann

Ber

Cat

Fra

Jer

Lau

Mel

PN

F

0.64

0.65

0.25

0.54

0.44

0.43

0.24

0.39

LN

Nat

Dor

Rac

Ver

The

Kar

Gae

Eri

F

0.55

0.78

0.27

0.25

0.44

0.57

0.63

0.11

Moyenne (x2)

 = 0.4406

Calcul du t (l’écart réduit) de Student-Fischer :
Cette formule est valable pour les petits échantillons [selon Muller (1968) < 30 échantillons]. Le calcul permet de tester l’hypothèse zéro, avec des écarts types (Σ) différents des deux groupes (Σ1¬Σ2), à condition que les degrés de liberté soient réduits (Woods et al. 1986, p. 181, note 2).

s = l’écart type (estimé) d’échantillon commun, t = l’écart réduit
n = nombre d’échantillons, x = la moyenne, s1 et s2 = l’écart type des LNN/LN

L’écart réduit (t) et l’écart type estimé (s) :
t = (x1-x2)/(s · ˚ (1/n1 + 1/n2))
et s= ((n1-1)˙ s 1 2 + (n2-1) ˙ s22)/(n1 + n2-2)
n, x et s pour les deux groupes sont dans notre cas :
n1 = 16 et n2 = 16, x1 = 0.9563 et x2 = 0.4406, s1 = 0.3921 et s2 = 0.1807

ce qui nous permet de calculer un écart type estimé (s) et un écart réduit (t) :
s = 0.3053 et t = 4.777

Dans notre cas, les degrés de liberté sont au moins 16 (le nombre d’échantillons dans un des groupes).

Avec 16 degrés de liberté, le tableau de distribution t nous montre que notre t calculé est supérieur au t du tableau pour un seuil de 0.1 %, ce qui veut dire que la probabilité de rejeter l’hypothèse zéro (x1 = x2) incorrectement est inférieure à 0.1 %. Donc, on peut dire que la différence entre les deux moyennes est significative avec 99.9 % de probabilité.

Haut de page

Notes

1   Nous nous appuyons sur une table dite du t de Student-Fischer pour tester l’hypothèse zéro, c’est-à-dire pour déterminer si la différence entre les deux moyennes est significative (Muller, 1968, p. 107 ; Woods et al., 1986, ch.7 et 11). Voir l’appendice 2.

2   Le suremploi du connecteur mais (dans le tableau 2) par les apprenants du corpusa été l’objet d’une étude précédente (Hancock, 1994). Une étude sur la fonction des connecteurs en tant que marqueurs de reformulation (MR) (Hancock, à paraître), montre que mais et parce que dominent largement comme MR chez les apprenants.

3   Tous les apprenants de l’échantillon sont du sexe féminin. Notons que les femmes sont largement majoritaires parmi les étudiants de français à l’université de Stockholm.

4   Dans certains examens quantitatifs de notre étude (section 6), nous nous contenterons de prendre en compte les interviews de quatre informateurs de chaque groupe (12 interviews au total).

5   Ducrot et al. (1975), Jeanjean (1983), Roulet (1985), Moeschler (1986, 1993), de Fornel (1989), Luscher (1994), entre autres.

6   = subordination syntaxique. Nous n’entrerons pas dans la discussion qui distingue les subordinations syntaxique, sémantique et pragmatique.

7   Debaisieux se réfère aussi à d’autres ouvrages de ces deux auteurs.

8   Nous nous contenterons de signaler ce critère syntaxique de subordination souvent cité. D’autres critères syntaxiques de subordination se retrouvent par exemple dans Ducrot et al. (1975), et Debaisieux (1994).

9   Parce que MIS correspond à ce que Ducrot et al. (1975) appellent un opérateur et Moeschler (1986) un opérateur sémantique.

Dans les ouvrages de Blanche-Benveniste (1990) et Jeanjean (1983), le type de lien hors rection est abordé sous le nom d’associé.

10   Dans les ouvrages de Blanche-Benveniste (1990) et Jeanjean (1983), le type de lien hors rection est abordé sous le nom d’associé.

11   Les deux unités articulées par parce que sont définies par Debaisieux à base de critères syntaxiques et énonciatifs, ce que nous ne pouvons pas aborder dans le cadre de cet article.

12   Parfois des cas de parce que MAS sont décrits comme un emploi « proche du fonctionnement coordonnant ».

13   Nous remercions notre évaluateur anonyme de la lecture très attentive prêtée à ce travail et de nous avoir incitée à préciser la notion de connecteur macro-syntaxique. La notion n’est pas fondée sur des relations sémantico-pragmatiques, comme l’est le connecteur pragmatique de Moeschler et Roulet, mais sur des concepts syntaxiques développés par le G.A.R.S et Debaisieux (op. cit.) pour décrire des relations hors rection, dans la langue orale.

14   Il faut souligner que Debaisieux s’appuie sur un grand nombre d’exemples réels tirés de corpus oraux.

15           L’exemple se trouve aussi dans Deulofeu (1995).

16   La citation et l’exemple (6) sont de Debaisieux.

17   Cf. par exemple Fernandez (1994) pour les particules énonciatives, qui englobent aussi des marques modales et énonciatives. Ali Bouacha (1981), Andrews (1989) et Vincent (1993) décrivent des éléments démarcatifs de l’énoncé oral.

18   Voir ex. 6.

19   Thème, est ici compris dans un sens global, à savoir comme le cadre dans « la structure canonique de l’énoncé oral », comme dans l’exemple suivant de Danon-Boileau & Morel (1994) : question saumon, pour la pêche, l’Ecosse, c’est ce que je préfère, où le cadre est souligné (le thème au sens restreint est l’Ecosse).

20   Voir les marques d’indépendance (section 4.2.1).

21   L’explication correspond à la valeur causative et l’explicitation à la valeur spécificative.

22   Dubois (1992).

23   Nous empruntons cette notion à Debaisieux.

24  Hancock (à paraître).

25   Cette interprétation est compatible avec celle de Morel (1996), qui analyse parce que en tête du « paragraphe oral », comme pouvant être un signal de maintien de la parole : « j’occupe le canal sonore ».

26   Erman & Kotsinas (1993) signalent une « réduction phonologique » liée à l’affaiblissement sémantique d’un connecteur suédois, bara (=seulement). Les auteurs rappellent la représentation « réduite » de Schiffrin (1987) du marqueur du discours y’know (=tu vois/tu sais). Schiffrin emploie également la forme cause pour because (=parce que) comme marqueur du discours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victorine Hancock, « Parce que : un connecteur macro-syntaxique », Acquisition et interaction en langue étrangère [En ligne], 9 | 1997, mis en ligne le 18 novembre 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://aile.revues.org/731

Haut de page

Auteur

Victorine Hancock

Université de Stockholm

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page