Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Au cours des années 70, peu après la parution des articles fondateurs de S.P. Corder sur les « erreurs des apprenants » et les « dialectes idiosyncrasiques », une partie importante de la recherche sur les LANGUES ETRANGERES se détachant de la problématique de la linguistique appliquée à l’enseignement des langues, s’est concentrée sur le processus de l’ACQUISITION en tant que tel. Ces travaux ont montré l’intérêt que présente l’étude de l’acquisition « spontanée » d’une deuxième langue par l’apprenant adulte pour faire progresser les connaissances sur le langage et son fonctionnement. On peut en effet observer dans ces conditions l’acquisition et l’utilisation d’un système linguistique, sans qu’interviennent des facteurs liés à la maturation cognitive, ni au biais liés aux contenus et modes d’enseignement.

2Ainsi, une partie de la recherche de ces 15 dernières années, notamment en Europe, s’est définie en affirmant son choix de méthodologies aussi « écologiques » que possible, pour retracer les itinéraires « naturels » d’acquisition. Cela impliquait de prendre en compte le fait que « s’il faut acquérir pour communiquer, il faut communiquer pour acquérir ». L’activité discursive, à la fois lieu d’élaboration et d’aboutissement de l’acquisition, a ainsi été placée au centre de l’analyse. Rendre compte de l’acquisition, c’est donc, dans cette optique, en explorer de manière coordonnée les dimensions linguistiques, cognitives, mais aussi sociales, notamment telles qu’elles apparaissent dans l’INTERACTION.

3Il y a une certaine spécificité des recherches qui tentent de refléter dans leurs analyses la complémentarité et l’interdépendance de ces aspects de l’acquisition. Permettre à cette spécificité de s’affirmer est l’un des objectifs que se fixe AILE. Mais cette spécificité n’implique ni uniformité ni unanimisme. Même si les approches qui se situent dans ce cadre se veulent toutes plus ou moins intégratives, elles peuvent varier selon la priorité qu’elles accordent à tel ou tel domaine, le détail de leurs méthodologies, les renvois qu’elles font à tel ou tel courant de pensée scientifique et philosophique. Les travaux diffèrent également par les itinéraires d’acquisition décrits (aussi bien désormais d’apprenants « guidés » ou « semi-guidés » que directement plongés dans le « milieu social ») et les situations à travers lesquelles on les saisit (plus ou moins expérimentales, d’enseignement, ou de contact entre natif et non-natif). AILE se veut donc aussi un lieu d’échanges et de rencontres, une tribune de discussion théorique, également ouverte à des approches moins intégratives.

4Elle prolonge ainsi les colloques internationaux « Acquisition d’une langue étrangère, perspectives de recherche » organisés depuis 1979 (dont les actes ont été publiés, entre autres, dans la revue Encrages) ainsi que les rencontres du Réseau Européen de Laboratoires sur l’Acquisition. Nombre de travaux importants ont été présentés en ces diverses occasions, qui permettent de penser qu’il existe un espace pour une revue internationale de langue française.

  • 1 Ce qui nous a amené à choisir ici une bibliographie cumulative.

5Ce premier numéro se différencie partiellement de ceux qui suivront. Il comporte à la fois une présentation détaillée du champ 1 et des articles qui illustreront au moins autant la diversité des approches et des problèmes traités que la prégnance de certains questionnements communs. Dès le second numéro, chaque article sera accompagné d’un résumé en français et en anglais.

Haut de page

Notes

1 Ce qui nous a amené à choisir ici une bibliographie cumulative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Acquisition et interaction en langue étrangère [En ligne], 1 | 1992, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://aile.revues.org/4844

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page