Navigation – Plan du site

Interaction en classe et appropriation de la négation : quelle interdépendance ?

Corinne Royer
p. 45-72

Résumés

Ce texte décrit comment deux apprenants adultes débutants développent l’expression de la négation au cours des échanges avec leurs pairs et avec les enseignants. L’analyse longitudinale des marques textuelles et la prise en compte des dynamiques interactionnelles qui s’instaurent à chaque rencontre permettent de mieux saisir l’évolution de leur interlangue. On voit comment la compétence conversationnelle des apprenants et la place que ceux-ci acquièrent dans l’interaction contribuent aux processus d’acquisition linguistique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Corrine Royer1

Texte intégral

1. Introduction 2

  • 2  Je suis sincèrement reconnaissante à Luci Nussbaum, à Marie-Thérèse Vasseur, à Jo Arditty et à deu (...)

1L’expression de la négation en français langue seconde a été étudiée notamment par Schlyter (1996) qui compare l’acquisition en milieu naturel et institutionnel, Stoffel et Véronique (1997) et Giuliano (2000) qui ont analysé la production d’apprenants en milieu naturel. Mais ces travaux s’appuient sur des données isolées de leur contexte discursif et énonciatif et s’intéressent tous à des productions permettant de dégager des systèmes idéalisés correspondant à des étapes supposées de développement. Si, par contre, on tient compte de la dimension interactive et que l’on analyse les dynamiques communicatives qui accompagnent les données linguistiques, on peut mieux comprendre comment l’interaction avec un pair fait évoluer la compétence linguistique (Vasseur, 2000).

2Comme le remarque Py (1993), la linguistique de l’acquisition a beaucoup contribué à comprendre les processus de l’acquisition, mais il est important de ne pas oublier le contexte dans lequel se développent les processus particuliers. Py propose un cadre interprétatif élargi autour de 3 pôles : le système, la norme et la tâche. Le système (ou interlangue) est influencé par des tensions externes (la norme et la tâche) qui permettent son évolution. D’un côté, la norme (langage idéalisé, modèle = langue cible) exerce une pression explicite qui correspond aux prescriptions métalinguistiques adressées à l’apprenant par l’institution pédagogique ou bien par les interlocuteurs qui adoptent un rôle pédagogique quand il y a « contrat didactique » et une pression implicite qui a lieu quand l’apprenant perçoit des différences linguistiques entre ses productions et celles de son interlocuteur natif. D’un autre côté, l’exécution de la tâche, qui représente le versant social du langage à travers la prise de parole, intervient dans l’élaboration du système en offrant un cadre au développement d’une dynamique interac­tionnelle où l’on observe des phénomènes de coopération et de co-énonciation discursive.

3Les recherches sur les dynamiques interactionnelles ont permis de comprendre la façon dont les interlocuteurs coopèrent pour communiquer et apprendre. La recherche de la forme la plus adéquate à la situation, au partenaire et à l’objet de discours ainsi que la volonté d’éviter ou de réparer les malentendus qui surgissent au cours de l’échange en langue étrangère poussent l’apprenant à réviser et à restructurer son interlangue de manière plus conforme à la langue cible. Jeanneret et Py (1999) décrivent les séquences interactives qui favorisent la transmission de connaissances sur le fonctionnement syntaxique de la langue cible.

4Pekarek (2000) et Pekarek et Mondada (2001) définissent l’interaction comme « le lieu de l’émergence, de la transformation et du remaniement » des compétences langagières. Elles insistent en outre sur le caractère situé des phénomènes cognitifs.

5De manière analogue, Vasseur et Arditty (1996) suggèrent d´étudier longitudinalement les marques textuelles (pauses, hésitations, interruptions des énoncés, répétitions, modifications en cours d’émission des options phonologiques, morphosyntaxiques ou lexicales, commentaires explicatifs, etc.) qui apparaissent au cours de l’énonciation et qui informent sur les processus cognitifs sous-jacents. Pour eux, la dimension longitudinale est nécessaire parce qu’une perspective qui limiterait la notion d’interaction à la ren­contre, physique ou médiatisée, entre individus ne permettrait pas de capturer la dimension nécessairement intrapsychique du processus d’acquisition.

6Toujours dans la perspective de lier interaction et cognition, Bange et Kern (1998) proposent quant à eux d’intégrer dans une perspective discursive et interactionniste le modèle d’autorégulation du discours élaboré par Levelt (1983, 1989). Levelt définit deux catégories d’autoreformulations en fonction du moment où intervient la prise de conscience d’une erreur. Quand la reformulation se produit avant la réalisation de l’erreur on ignore sur quel élément précis portent ces « reformulations masquées » (Bange et Kern, 1998 : 140). Ce travail de contrôle du discours se manifeste typiquement à travers des pauses, remplies ou non, des hésitations, des répétitions, des allongements syllabiques. Quand le travail de reformulation se produit après une réalisation inadéquate, il s’agit de « reformulations manifestes », car il est possible de savoir sur quel(s) élément(s) précis porte la réparation.

  • 3  Les reformulations masquées, observables dans un énoncé isolé, ne sont pas en elles-mêmes suffisam (...)

7Les reformulations masquées et manifestes signalent une « activité cognitive de contrôle des énoncés » ; il y a réflexion sur la forme de l’énoncé, activité métalinguistique de la part du locuteur. Dans ce travail, je prends comme critère les reformulations manifestes et masquées pour identifier les structures grammaticalisées ou en voie de grammaticalisation 3, et c’est à partir d’une perspective interactionniste et énonciative que je me propose d’analyser la dynamique de l’acquisition linguistique. J’ai circonscrit mon analyse à l’acquisition de l’expression de la négation.

2. Les données

8Les données ont été recueillies à Esade (Universidad Ramon LLull), une université privée de Barcelone. Les étudiants viennent essentiellement d’Espagne et d’Amérique latine ; ils ont tous au minimum un bac + 4 et étudient le français dans le cadre d’un MBA (Master in Business Administration). Les cours quotidiens durent deux heures trente, ce qui représente douze heures trente hebdomadaires d’enseignement-apprentissage. La méthodologie communicative intègre néanmoins un enseignement grammatical explicite. Deux enseignantes se relaient du lundi au vendredi. L’enquêtrice et auteure de cet article est l’une de ces enseignantes. Ceci a permis de suivre des apprenants durant 24 semaines et de bien connaître le contexte, le programme, le matériel employé, l’histoire du groupe et chacun des étudiants (ce qui a souvent été très utile pour distinguer leur voix au moment des transcriptions !). Les deux informateurs, Pablo (PAB) et Javier (JAR), dont je retrace les parcours ici, sont originaires d’Andalousie ; ils viennent d’arriver à Barcelone et ils n’ont jamais étudié le français auparavant.

9Les séquences où des énoncés négatifs apparaissent ont été transcrites de manière à rendre compte de la dynamique conversationnelle. Le contexte discursif est souvent nécessaire pour comprendre le sens de certains énoncés qui autrement demeureraient obscurs. La prise en compte de la dynamique de la conversation est essentielle aussi pour distinguer le réemploi d’une nouvelle unité saisie dans l’interaction de la production verbale d’une unité acquise auparavant (cf. Dausendschön-Gay, 1997 : 30). Et, comme Arditty (1987) l’a montré, il est nécessaire parfois d’attendre plusieurs tours de parole pour constater un tel réemploi.

10Les tours de paroles contenant des énoncés négatifs ont été transcrits soigneusement afin de refléter leur modalité d’énonciation. Les conventions de transcriptionintègrent les phénomènes liés à la régulation du discours tels que les pauses d’hésitation, non remplies et remplies, les allongements de syllabes, les accélérations ou ralentissements du débit, les accents d’insistance etc. Ce dispositif de transcription est conçu de façon à distinguer les énoncés négatifs grammaticalisées des expressions figées.

  • 4  Voici, selon Weinert (1995 : 182), les traits essentiels qui permettent d’identifier les expressio (...)
  • 5  Reformulations masquées et manifestes.

11De manière à identifier les expressions figées ou stéréotypées, j’ai repris les critères recensés par Weinert 4 (1995) et pour distinguer les structures grammaticalisées, je me suis appuyée sur les travaux de Levelt 5 (1989) à propos de la régulation du discours.

3. Présentation du groupe : la première semaine de cours

  • 6  Conventions de transcription :+ pause++pause moyenne+++pause longuec’est:::allongement syllabiquev (...)

12L’activité enregistrée la première semaine de cours est un jeu de devinettes. La classe entière essaie de découvrir qui est le personnage mystérieux choisi par leurs camarades. Auparavant, les deux enseignantes ont présenté le verbe être au présent, expliqué la formation de la négation du verbe et tenté d’enseigner les usages de c’est et il est. De plus, les apprenants connaissent, pour avoir fait des exercices de vocabulaire, quelques adjectifs de nationalité et quelques noms de professions 6.

1

?

c’est [un] sportif /

2

TIM

non + il n’est pas [un] sportif

3

JAM

est-ce que c’est [un] +++ politicien/

4

TIM

non

5

P

un homme politique

6

JAM ?

un homme un homme un homme politique

7

TIM

non + il n’est pas [un] politique

13Le jeu vient de commencer. L’équipe formée par TIM, un faux débutant, et JGO, un vrai débutant, doit répondre aux questions. TIM prend l’initiative et produit les trois premiers énoncés négatifs. La pause entre non et il n’est pas en 2 et 7 ainsi que l’occurrence isolée de non en 4 montrent que cet apprenant distingue ces deux formes négatives.

8

PAB

est-ce que c’est:: un::: (mus-musiq-musicien)/

9

P

un musicien

10

PAB

un (musicien)

11

P

un musicien

12

TIM

“pues espero que no” ((il rit))

14L’enseignante (P) gère cette première activité en reformulant essentiellement le lexique. Elle soutient de cette manière les efforts de ses élèves pour s’exprimer en français. C’est le cas, par exemple, quand PAB en 8 et 10 hésite sur un mot de vocabulaire.

13

?

(xxxxxxxxxxxx)

14

P

un chanteur

15

JGO

non il n’est pas + >

16

P

ou un chanteur

17

JGO

>il n’est pas chanteur

15Trois magnétophones couvraient cette activité, cependant certaines prises de parole ne se comprennent pas ou ne s’entendent pas sur les cassettes. Ceci explique, par exemple, les tours de parole 14 et 16 où P reformule des interventions d’élèves inaudibles sur la cassette. Par ailleurs, dans ce fragment, JGO prend la relève pour répondre et le fait sur le même modèle que ce qu’a fait TIM.

18

P

il n’est pas chanteur + et musicien non plus

19

JAR

“nein” il n’est pas

20

P

non il n’est pas musicien

21

JGO

non il n’est pas (x) mu-musicien

22

P

humhum

16En 18, P récapitule les dernières informations concernant le personnage mystérieux de TIM et JGO. En 19, JAR parle pour la première fois et son intervention est étonnante car il répète le fragment il n’est pas, qu’il vient d’entendre cinq fois, mais sans rien ajouter. L’apprenant a identifié cette expression comme un marqueur de négation. Il ne perçoit pas la reformulation de P en 20 comme une correction et seul JGO répète la forme correcte après l’enseignante.

23

LOR

est-ce que c’est (xxxxx)

24

P

pardon/

25

LOR

(“autor”) de de de:: livre

26

P

un écrivain

27

LOR

écrivain

28

JGO

ec-ec-écrivain

29

P

est-ce que c’est un écrivain/

30

TIM

non + il n’est pas un écritor

31

?

écrivain

32

JGO

écrivain

33

P

il n’est pas écrivain ((long silence)) oh c’est difficile hein !

34

?

oui

35

?

hum hum

36

JGO

très facile !

37

P

c’est très facile

38

JGO

très facile

39

PAB

est-ce que c’est un ++ “rey”un roi

40

P

un roi

41

TIM & JGO

non il n’est pas ++ un roi

42

P

il n’est pas roi

43

JGO

il n’est pas roi

17En 41, TIM et JGO répondent en chœur. La pause entre non il n’est pas et un roi, montre que pour eux aussi il n’est pas est une expression stéréotypée qui permet une certaine agilité des échanges. De nouveau, seul JGO répète la forme correcte après la reformulation de P.

44

?

est-ce qu’il ++ c’est populaire à la télévision/

45

JGO

u::: non non ++ il n’est pas populaire

46

P

il n’est pas populaire

47

E

est-ce qu’il c’est un étudiant/

48

TIM

non

49

P

est-ce que c’est un étudiant/

50

JGO

oui

51

TIM

non el n’est pas un étudiant

52

P

il y a ++ il y a

53

JGO

il y a + étudiant

54

P

il y a longtemps il y a longtemps

55

JGO

longtemps très longtemps

56

P

très longtemps

57

JGO

hum hum

18Les réponses contradictoires de TIM et JGO (tours 48, 50 et 51) se comprennent quand on sait que JGO appuie sa réponse d’un geste qui signifie « avant ». Toute la séquence d’étayage qui suit (52 à 56) est consacrée à la verbalisation de ce geste.

58

LOR

(est-ce que il personnage scientif)

59

P

est-ce que + est-ce que est-ce que est-ce que

60

TIM

oui

61

P

la question toute la question

62

LOR

personnage scientifique ah qu’est-ce qu’il c’est est-ce un personnage scientifique/

63

P

hein hein est-ce que c’est un scientifique

64

JGO & TIM

oui

65

LOR

c’est Einstein

66

JGO & TIM

oui

67

P

hein hein ++ hein hein c’est pas facile c’est facile et pas facile à la fois

68

?

deux points !

69

?

un point !

19Dans cette séquence, LOR a une hypothèse sur l’identité du personnage mystérieux et pose une question décisive. L’envie de trouver le premier le pousse certainement à négliger les indications de P qui sollicite, d’abord de manière implicite (59), puis explicitement (61), une reformulation de la question de la part de l’apprenant. Enfin, face aux difficultés de LOR, P reformule alors elle-même la question. Mais ici, le groupe est très centré sur le dénouement de la devinette et TIM et JGO prennent la reformulation de P comme une ‘vraie’ question et y répondent en chœur permettant ainsi à LOR de dire qui est le personnage mystérieux. La séquence se termine par une (auto) attribution de points.

20En 70, l’enseignante donne le signal pour que tous cherchent qui est le personnage mystérieux de PAB et son co-équipier (non identifié).

70

P

heu et bien + leur personnage

71

TIM

est-ce que c’est actuellement/

72

P

est-ce que c’est/

73

TIM

actuellement

74

P

est-ce que c’est actuellement + qu’est-ce que vous voulez dire + mort/ vivant/

75

TIM

vivant

76

P

est-ce qu’il est vivant/

77

TIM

est-ce qu’il est vivant

78

P

actuellement

79

?

(il est pas)

80

P

non + il est mort

81

?

il est mort

82

JAM

est-ce que c’est une [fεm] + femme

83

P

une/

84

PAB

non ++ il n’est pas ++ une femme

85

P

hein hein

  • 7  Qui exclut le il anaphorique et supposerait qu’on s’en tienne au présentatif c’est / ce n’est pas.

21Les pauses qui bornent il n’est pas en 84 et la non prise en compte du genre du substantif 7 mettent en évidence qu’il s’agit bien, au moins chez PAB, d’une expression figée.

86

LOR

est-ce que c’est un personnage historique/ + (xx de l’histoire)

87

?

non

88

LOR

non

89

PAB

(il n’est pas)

90

JAR

est-ce que c’est un acteur/

91

PAB

((il rit)) non il n’est pas

92

TIM

est-ce que c’est une politique/

93

PAB

(non il n’est pas il n’est pas)

94

P

un homme politique

95

?

(xxxxxxxxx)

96

P

est-ce qu’il est espagnol/

97

PAB

non il n’est pas il n’est pas espagnol

98

JGO

est-ce qu’il est américain/

99

PAB

non (il n’est pas)

100

JAM ?

british/ + est-ce qu’il est

101

?

anglais

102

P

britannique

103

JAM

britannique

104

PAB

non (il n’est pas)

22PAB semble douter un peu (fragments entre parenthèses) mais emploie très systématiquement il n’est pas sans ajout, comme une négation anaphorique. Cette expression est devenue unmarqueur de négation qui semble renforcer non (93, 99, 104) et même se substituer à lui (89).

  • 8  C’est le seul Français que je connais.

105

LOR

est-ce que c’est un un un européen/

106

PAB

oui il (xxxxxxxx)

107

P

il n’est pas français

108

?

il est il est

109

?

il est français

110

P

il est français il est français

111

JAR

Jacques Cousteau

112

PAB

oui oui ((la classe rit et applaudit))

113

?

(xxxxxxx)

114

JAR

“es el único frances que conozco” 8 (xxxxx) ((la classe rit et applaudit))

23JAR a peu parlé au cours de cette activité, il n’a pris que quatre fois la parole (19, 90, 111 et 114) dont une fois en L1 (114), mais il est très attentif comme le démontre le fait qu’il découvre le premier l’identité du deuxième personnage mystérieux (111).

24PAB a été plus ‘volubile’. Il compte à son actif douze interventions et il a en quelque sorte monopolisé la parole dans cette deuxième partie du jeu (71 à 114) où il répond à la plupart des questions.

25JAR et PAB, deux vrais débutants en français, se montrent d’emblée différents dans leur façon d’être en interaction. Cependant, en ce qui concerne l’expression de la négation, ils semblent arriver au même point au cours de cette activité : il n’est pas est une expression figée, non analysée grammaticalement.

26Il me semble intéressant d’observer comment les compétences communicative et linguistique (notamment grammaticale) de ces deux apprenants vont évoluer maintenant et s’influencer mutuellement à travers le développement de l’expression de la négation. Il sera peut-être possible en suivant leurs itinéraires respectifs de mettre en évidence des relations entre leur savoir-être dans différentes situations d’interaction et leur capacité à apprendre.

27Le corpus étant assez volumineux, je ne présenterai à partir de maintenant que certains extraits et je me centrerai plus particulièrement sur les séquences où JAR et PAB expriment la négation.

4. Quatrième semaine

28Dans la tâche de la quatrième semaine, les apprenants prennent le rôle d’un directeur de ressources humaines, d’un responsable de projet et du PDG réunis pour désigner qui, parmi les employés de l’entreprise, a les conditions requises pour participer à un projet important. Les étudiants travaillent par groupe de trois et chacun dispose d’informations complémentaires sur trois employés candidats au poste. L’enseignante a assigné à chacun un candidat à défendre. La tâche commence donc par un échange d’informations qui est suivi d’une discussion.

29Les groupes se forment au hasard et JAR est avec JGO, un étudiant très actif à l’oral, et VIC qui est un faux-débutant. Après avoir expliqué en quoi consistait la tâche, l’enseignante passe de groupe en groupe.

776

P

il n’y a pas- il n’y a pas d’remarques +

777

VIC

il n’y a pas:: de choses ici

778

P

il n’y a rien bon

779

VIC

ah ! j’ai un question

780

P

hum humhum travaille lentement c’est un doute hum c’est un doute que vous avez

781

VIC

bueno

782

P

les les les informations que vous avez ne sont pas exactement = xxxx =

783

VIC

ya” xx ah oui

784

P

euh ce sont des problèmes de ressources humaines comment est-ce qu’on définit une personne + la façon dont vous voyez quelqu’un peut toujours varier selon ++ selon votre façon d’être aussi ++ (54) c’est pas exact hein/ ce n’est pas ce n’est pas exact + ces fiches\ et puis c’est l’opinion des personnes or l’opinion c’est très arbitraire aussi + mais + disons que vous essayez de compléter ce qui est facile à compléter puis pour le reste vous devez en discuter […] d’accord/ + donc d’abord essayez de comparer les informations que vous avez>

785

JGO

humhum

786

P

>elles sont elles sont pas exactes\ + ce-ce n’est pas :: [snepa] mathématique + disons\ + et ensuite vous devez décider quel candidat

787

VIC

oui oui oui oui

[…]

788

VIC

[kel] parle anglais/

789

JGO

no::: el::: elle a::: + seulement notions d’allemand\

[…]

790

VIC

je crois que le meilleur c’est + ma::: Monsieur Antoine + Boisin Boisin

791

JGO

euh::: je::: ne::::: suis pas d’accord

792

VIC

non/

793

JAR

je ne suis pas d’accord + aussi

794

VIC

((il rit))

30Après avoir échangé leurs informations (toute la séquence n’a pas été transcrite), les trois étudiants passent au choix du candidat. En 790, VIC prend l’initiative et propose le sien. JGO cherche ses mots (allongements syllabiques en 791) pour exprimer son désaccord. JAR répète alors aussitôt les paroles de JGO (on remarque en 793 l’absence d’allongements syllabiques) et, après une brève pause, ajoute aussi (= non plus). Moins rapide que ses partenaires et disposant de beaucoup moins de ressources, il a recours aux formes (immédiatement) présentes dans l’échange en construction pour pouvoir participer.

31PAB, de son côté, est avec TIM et RAU, deux faux-débutants.

845

P

quel âge ++ quel est son âge

846

PAB

je suis x/ je suis:: + quatre:: + six/

847

P

non vous non ++ vous n’êtes pas vous n’êtes pas Antoine Voisin

848

PAB

je suis Antoine

849

P

non

850

?

hum/

851

?

ah

852

P

non + vous préférez §

853

§ je suis perdu

854

P

vous préférez comme candidat vous préférez Antoine Voisin comme candidat vous préférez Mademoiselle Michèle Lance et vous + vous aimez bien l’un ou l’autre\

855

?

ah

856

?

hum/

857

P

vous n’êtes PAS\ + hein\

858

PAB

humhum

[…]

32Quand l’enseignante arrive, elle demande à PAB quel est l’âge de son candidat. PAB répond à la première personne (je suis x/ je suis:: + quatre:: + six/). L’enseignante comprend alors que PAB a endossé le rôle de son candidat et rectifie (non vous non…).

33Le groupe est déconcerté comme le montre le commentaire de TIM en 853 (je suis perdu) et l’enseignante explique de nouveau la tâche (854) puis insiste auprès de PAB, cette fois-ci en accentuant fortement la particule pas (857). L’absence d’élément après la négation donne à celle-ci tout son poids. Il ne s’agit pas d’une phrase en suspens car l’intonation est tombante après la négation. C’est un effet voulu de la part de l’enseignante pour bien signifier à PAB qu’il n’est pas le candidat. D’ailleurs, PAB est sommé de le comprendre (hein\), ce qu’il fait (humhum). Et les apprenants passent à l’échange d’information.

859

TIM

i::: ++ quel quel âge [e] + pour Michel Lance/

((silence))

860

PAB

je ne sais pas/

861

TIM ?

((rit)) xxxxxxxx

862

RAU ?

vingt-neuf vingt-neuf ans

863

TIM

ah oui

864

?

(vingt ans)

34TIM demande l’âge d’un candidat. RAU, distrait, ne répond pas et PAB, qui ne possède pas l’information, comble le silence et sauve en quelque sorte l’échange (et la face de TIM) en disant je ne sais pas. L’énoncé est inachevé comme l’indique l’intonation montante. PAB n’a pas les ressources suffisantes pour finir sa phrase.

865

TIM

{(VB) ancienneté qu’est-ce que c’est/}

866

RAU

c’est

867

PAB

euh quel âge ++>

868

RAU

c’est c’est

869

PAB

>quel âge [e] a Antoine Voisin/

870

RAU

quarante-six ans

871

?

quarante-six

872

RAU

xxx c’est très très haut

873

PAB

non [ke] quel âge ancienneté

874

RAU

ancienneté [∫epa]

875

PAB

Tim/

876

TIM

[∫epa]

877

PAB

quelle ancienneté/

878

TIM

euh deux ans

879

PAB

deux ans ((silence))

880

RAU

xx très expérience très expérience

35Dans cette séquence on voit comment PAB dirige l’échange. C’est intéressant si l’on considère qu’il a, des trois, le plus petit bagage en français, ses camarades étant de faux-débutants. TIM demande à voix basse ce que ancienneté veut dire (865), RAU veut lui répondre (866, 868) mais PAB l’interrompt et pose en apparence une autre question qui s’étend sur deux tours de parole (867, 869). RAU renonce alors à son explication pour répondre à PAB (870). En 873, PAB prend conscience du malentendu. Il voulait savoir, en fait, quelle était l’ancienneté professionnelle et non l’âge d’Antoine Voisin. Non est ici un marqueur de reformulation (non [ke] quel âge ancienneté). RAU comprend la reformulation de PAB mais ne connaît pas la réponse (ancienneté [∫epa]). PAB demande alors à TIM, qui dit aussi ne pas savoir ([∫epa]). PAB insiste, reformule correctement la question (quelle ancienneté/) et cette fois-ci obtient la réponse.

36À ce moment de leur apprentissage, les vrais débutants comme PAB et JAR ont reçu 60 heures de cours de français et, tandis que JAR dépend encore beaucoup des éléments présents dans l’interaction pour pouvoir participer, PAB est bien plus autonome et se montre capable de diriger l’interaction même quand il dispose de ressources linguistiques plus limitées que ses camarades. Il a une grande capacité d’auto-reformulation et contrôle son propre apprentissage à travers le contrôle de l’interaction.

5. Huitième semaine

37L’enregistrement de la huitième semaine est un entretien d’évaluation. Chaque apprenant parle pendant cinq minutes environ avec une enseignante qu’il ne connaît pas. Il s’agit donc d’une situation stressante pour l’étudiant.

2522

P

comment vous appelez-vous

2523

PAB

euh: je m’appelle Pablo

2524

P

Pablo + Pablo comment

2525

PAB

Villa

2526

P

Villa ((écrit le nom de l’étudiant sur sa fiche d’évaluation)) de quelle nationalité êtes-vous Pablo

2527

PAB

euh : je suis:: epagnol + espagnol

2528

P

hum vous êtes de Barcelone/

2529

PAB

non + non + je::: + je vin + je [ve::] [de:::] Murcie Murcie/

2530

P

hum hum

38L’évaluatrice dirige l’entretien et propose les thèmes de conversation. Elle pose beaucoup de questions fermées comme en 2528, ce qui facilite et limite à la fois la participation de PAB. Le type de question explique la fréquence des non anaphoriques présents dans cet entretien (6 occurrences).

2538

P

et votre famille

2539

PAB

euh:: ma familia est:: + est de Madrid + et: moi mère est de Madrid et moi:: mon père est de:: Afrique + Afrique + nord-Afrique

2540

P

ah: de quel pays d’Afrique

2541

PAB

euh:: Marruecos + Maroc

2542

P

du + du Maroc

2543

PAB

du Maroc

2544

P

hum + d’accord

2545

PAB

hum en Maroc + est de: d’espagnol Maroc

2546

P

oui: ah ah d’accord et::: vous avez des frères et sœurs/

2547

PAB

excusez-moi/

2548

P

vous avez des frères et sœurs ou vous êtes fils unique

2549

PAB

euh non + euh: + “we:: we::” ((rires)) nous nous sommes [trεs trεs::] + enfants

2550

P

hum

39Le changement de thème en 2546 déconcerte PAB (excusez-moi) et l’évaluatrice reformule en proposant une alternative (vous avez des frères et sœurs ou vous êtes fils unique). Dans la réponse de PAB, non porte sur le deuxième élément de la question. On trouve deux échanges de cette nature dans cet entretien.

2551

PAB

hum je suis le:: le petit

2552

P

oui vous pouvez me parler des deux autres/

2553

PAB

les autres euh: sont un euh:: euh:: mais euh:: travailler en Murcie

2554

P

oui

2555

PAB

“and” des autres [etudje] + non [etudje] non + [travaje] en Madrid

2556

P

à Madrid

2557

PAB

Madrid + à Madrid

40Le non marqueur de reformulation, comme ici en 2555, est également caractéristique de cet entretien. On trouve quatre énoncés de ce type où PAB, conscient qu’il est évalué, contrôle les formes qu’il emploie et s’auto-corrige beaucoup.

2580

P

hum hum + d’accord bien + et vous qu’est-ce que vous aimez faire le week-end

2581

PAB

euh:: je:: je préfère non + j’ai + j’ai besoin/ é- étudier + dans le week-end ma je préfère je préfère euh :: sortir à la nuit>

2582

P

hum hum

2583

PAB

>euh:: sortir euh:: dans Barcelona\

2584

P

hum hum

2585

PAB

humhum

2586

P

mais vous n’avez pas le temps j’imagine

2587

PAB

non + non>

2588

P

= vous n’avez pas beaucoup d’temps pour le moment =

2589

PAB

>= je n’ai:: pas:: beaucoup de temps = humhum

2590

P

mais est-ce que vous avez PU visiter un peu Barcelone/ vous connaissez la ville/

2591

PAB

euh:::: je connais:: + je [konese] bu +++ euh je ne [konese:::] très:: très bon/ très::

2592

P

très bien/

2593

PAB

très bien + très très bien hum

41PAB complète une seule fois un non anaphorique par une négation de verbe (2589, qui s’appuie sur le modèle de 2588, mais en faisant les changements énonciatifs nécessaires) et, dans cet entretien, il ne prend l’initiative de la parole qu’en 2551 et développe peu ses réponses. Quand l’évaluatrice l’invite à continuer comme en 2584 (humhum), PAB réagit en miroir (humhum), ce qui incite celle-ci à formuler une nouvelle question fermée. C’est ce qu’il fait également en 2589 en finissant son énoncé par humhum et forçant l’évaluatrice à formuler une nouvelle question.

42L’enregistrement de l’évaluation de JAR est interrompu un peu avant la fin et deux passages n’ont pas été transcrits parce que JAR n’y exprime aucune négation.

2690

P

comment vous appelez-vous

[…]

2691

P

qu’est-ce que vous avez étudié avant de faire le MBA/

2692

JAR

eh je-je-je- je (fui)/ un étudiant d’économie

2693

P

hum + à Barcelone/

2694

JAR

non euh Cordoba à Cordoba

2695

P

hum

2696

JAR

Cordoba en Andalousie pourquoi + je [Zabite] à Cadiz

[…]

43En 2693, l’évaluatrice pose une question fermée à laquelle JAR répond par un non anaphorique. Mais, contrairement à PAB qui attendait que l’évaluatrice formule d’autres questions, JAR décide de développer sa réponse. Il explique en 2696 qu’il a étudié à Cordoue (Cordoba) parce qu’il habite à Cadix (pourquoi + je [Zabite] à Cadiz).

2697

P

pendant l’été pendant les vacances qu’est-ce que vous faites euh à Cadix

2698

JAR

eh a Cadiz ++ eh:: [jo] [kreo] + [jo] [krua] + sortir avec + ma [zami]/

2699

P

hum

2700

JAR

euh ++ dormir ((rires)) lire

2701

P

hum

2702

JAR

euh + xx sport xx sport\ + pourquoi::: + eh ++ e à Esade ++ ne pas + temps>

2703

P

hum

2704

JAR

>pour faire + a faire + autra autra [∫osa] + xx [ke] étudier\

44En 2702, JAR produit un deuxième énoncé négatif. On retrouve partiellement ici l’expression figée de la première semaine (nepa). JAR explique qu’il fait du sport quand il est en vacances parce que (+ pourquoi::: +) à Esade (l’école où il étudie le MBA) il n’a pas de temps. Comme dans l’extrait précédent, JAR se lance dans des explications. La question initiale de l’évaluatrice en 2697 déclenche plusieurs prises de parole de l’étudiant. En fait, à chaque fois que l’évaluatrice prononce hum, JAR se sent invité et obligé de continuer. Cette dynamique, qui s’est instaurée dès le début de l’entretien explique, au moins partiellement, la rareté des questions fermées dans l’entretien d’évaluation de JAR.

45PAB maîtrise la dynamique de l’interaction à son profit. Ici, il adopte une attitude prudente qui consiste à guider son évaluatrice afin que celle-ci mène en apparence l’entretien en formulant de nombreuses questions fermées, moins risquées pour l’apprenant. PAB montre aussi un grand contrôle de sa propre production. Il signale systématiquement les formes qu’il juge incorrectes ou bien inexactes. Le type d’entretien, ses acteurs et ses enjeux expliquent les caractéristiques de l’expression de la négation au cours de cet échange.

46Curieusement JAR, qui d’habitude a beaucoup de mal à intervenir dans les interactions avec ses camarades et le fait de manière ‘opportuniste’ en recyclant des éléments immédiatement présents dans l’échange, agit de manière diamétralement opposée ici. Il prend des risques, n’attend pas les questions pour intervenir et ne profite pas des productions de l’évaluatrice pour construire ses énoncés. Cela a sans doute à voir avec l’idée qu’il se fait de l’évaluation. Il doit donner des preuves qu’il peut parler et parle donc beaucoup.

6. Onzième semaine

47Dans la tâche de la onzième semaine, l’enseignante distribue deux listes de dix ‘opinions’ que les étudiants doivent défendre ou critiquer. La classe étant ce jour-là en nombre impair, l’enseignante forme un groupe de trois avec JAR et JAM, deux vrais débutants au début du programme, et RAU, qui est un faux débutant. La première affirmation que RAU doit soutenir est : le français est une langue difficile.

3564

RAU

je pense que::: c’est très c’est très + très très difficile xx

3565

JAM

pourquoi

3566

RAU

parce que je ne sais [kom] [kom] [kom] écrire le français/

3567

JAR

ma le français c’est très + très similaire + à l’espagnol + à le catalan ++ c’est très facile

3568

RAU

oui c’est facile pour euh::: ++ pour euh::>

3569

JAR

pour

3570

RAU

> pour écouter o pour ++ pour parler + euh quelque chose ((il rit)) similaire à le français ma::: ++ parler en français:::

3571

JAM

ma ma écrit c’est::: ce n’est pas important/ ++ important c’est parler c’est parler euh et parler c’est:: c’est pas difficile/ xxxxx difficile

3572

RAU

i:::il y a ++ beaucoup de de temps de de le verbes + de + parler bien/+ bien du tout/ c’est + c’est difficile\

3573

JAM

ma l’allemand c’est:: + plus difficile

3574

RAU

chaque chaque verbe il y a ++ différentes + combinations de terminations::: §

3575

JAM

§ [∫akverb] qu’est-ce que c’est/ [∫akverb]

3576

RAU

“cada verbo”/ +++ chaque euh + chaque + il y a:::

3577

JAM

ma l’allemand c’est::: plus difficile le chinois le japonais

3578

RAU

ah c’est

3579

JAR

je je-

3580

JAM

C’EST C’EST LE comparaison + avec = xxxxx =

3581

RAU

= xxx L’ALLEMAND CHINOIS = c’est c’est impossible/ ++ = [no] [se]- c’est =>

3582

JAR

= ma:: {(AC) [no] [se] difficile } =

3583

RAU

>c’est pas difficile/ c’est impossible\ ++ le français c’est = difficile\ §

3584

JAM

§ rien/ c’est impossible\

3585

((rires))

3586

JAM

“otra”/

3587

RAU

“otra”\

48JAR a beaucoup de difficultés pour prendre la parole car JAM, son co-équipier, devient très vite l’interlocuteur privilégié de RAU. Quand JAR tente de parler en 3579, JAM hausse alors le ton (C’EST C’EST LE comparaison + avec = xxxxx =). Il est immédiatement imité par RAU en 3583 (=  xxx L’ALLEMAND CHINOIS =). Pour participer à l’échange, JAR récupère alors un fragment de l’énoncé de RAU qu’il prononce et complète à toute vitesse ([no] [se] difficile). Il s’agit précisément d’un énoncé négatif mal formé que RAU reformule en 3583 (c’est pas difficile). JAR n’a pas l’occasion de reformuler à son tour l’énoncé car JAM propose de passer à une autre (“otra”/) opinion de la liste, ce que RAU accepte (“otra”\).

49L’opinion suivante, dont ils doivent débattre, est : En général, les femmes font mieux les choses que les hommes.

3588

JAM

((il lit)) en général les femmes font [mi] les choses que les hommes

3589

JAR

[ke] qu’est-ce que c’est/ font ++ [fõ] [mi]/

3590

JAM

je ne suis pas d’accord

3591

RAU

((il rit))

50Quand en 3589 JAR demande un éclaircissement sur le sens de la phrase, JAM n’en tient pas compte et passe directement à la discussion.

3592

JAM

jé jé jé + je [ne] pas d’accord

3593

RAU

((en riant)) pas d’accord/

3594

JAR

qu’est-ce que c’est/ [fõ] [mi]

3595

JAM

les femmes font [mi] “hacen las cosas” les choses

3596

RAU

de faire xx

3597

JAM

d’accord + font [mi] + les choses que l’homme que les hommes

3598

RAU

= en général =

3599

JAR

= (je je pense xx) =

3600

JAM

= font MI = +++ euh les = femmes =

3601

JAR

je ne suis d’accord /

51En 3594, JAR demande de nouveau ce que la phrase signifie et obtient cette fois-ci de l’aide, ce qui lui permet enfin de prendre position. On remarque l’absence du deuxième élément négatif dans son énoncé (je ne suis d’accord /). Pourtant le fragment pas d’accord vient d’apparaître trois fois (3590, 3592, 3593). Rappelons également que dans l’interaction de la quatrième semaine, JAR a répété après l’un de ses camarades la forme correcte je ne suis pas d’accord.

52Vingt-quatre tours de paroles plus loin, en 3625, JAR profite d’un moment où RAU et JAM sont en train de rire pour intervenir. Il le fait à nouveau en accélérant son rythme d’élocution. C’est la meilleure solution que JAR a trouvée pour pouvoir participer à l’échange. Le deuxième élément de la négation est à nouveau absent (je ne suis d’accord).

3621

JAM

je ne [se] pas d’accord que les femmes ((rit))

3622

P

ah vous devez quand même vous devez malgré tout défendre + votre position

3623

JAM

ah oui les [fem] [kuzin] cuisinent ((rit)) mieux

3624

RAU & JAM

((rient))

3625

JAR

ma::: {(AC) je ne suis d’accord } {(DC) l- les [fem] [kuzin] [me] « mejor » /} ++ [me] >

3626

?

mieux

3627

JAR

>que que l’homme\ + pourquoi porque ++ l’homme:: les les “mejore”/ + les :: + les meilleurs [ko-kozine]/ ++ sont:: sont sont hommes/

3628

RAU

sont hommes + les les les plus::: prestiges

3629

JAR

plus prestige importants très importants xxxxxx

3630

RAU

prestigieuses ++ sont hommes\

3631

JAM

prestigieuses c’est c’est l’homme\

53Un peu plus tard, l’enseignante vient écouter le groupe et, constatant que JAR est silencieux, elle l’invite à prendre la parole (et vous Javier /). Et JAR dit à nouveau je ne suis d’accord.

3672

P

ah oui mais c’est ::: la difficulté est là\ et vous Javier/ hein

3673

JAR

= xx je ne suis d’accord = §

3674

P

§ = xxx + Roberto Begnini n’est PAS le = meilleur acteur de l’année/

3675

JAR

non

3676

RAU

(il) n’est pas le meilleur acteur\

3677

P

non/

54Comme la réponse de JAR est ambiguë et mal formée, en 3674 l’enseignante lit la phrase dont il est question et accentue la négation postverbale. C’est à la fois une demande de confirmation et une façon d’inviter JAR à reformuler son énoncé en attirant son attention sur le deuxième élément négatif. Mais JAR ne reformule pas et limite sa réponse à un non anaphorique.

 […]

3678

JAM

je suis::: je suis d’accord\ et vous/

3679

RAU

je ne suis je ne:: suis pas d’accord +++ je ne suis pas d’accord hum ++ en absolu

3680

JAM

(je) suis PAS d’accord/

3681

RAU

je ne suis PAS\+ je ne suis PAS = d’accord =

[…]

  • 9  en absolu est un transfert de l’espagnol en absoluto qui signifie pas du tout.

55JAM et RAUL décident ensuite de traiter superficiellement toutes les phrases écrites sur la feuille en se demandant mutuellement s’ils sont ou non d’accord. En 3679 RAU dit qu’il n’est pas du tout d’accord 9. JAM lui demande alors de confirmer sa position en reproduisant l’énoncé de RAU mais en accentuant pas et avec une intonation montante. RAU confirme en accentuant pas et avec une intonation descendante. Il est intéressant d’observer comment ces deux apprenants tirent malgré tout parti de cette réduction de la tâche qu’ils viennent de décider car le jeu verbal qu’ils développent met en valeur le rôle de la particule négative pas dans l’expression de la négation. Ici les étudiants lèvent l’ambiguïté de la même manière que l’enseignante l’a fait un peu avant en jouant sur l’accentuation de cette particule négative.

56Un peu plus loin pas, accentué, devient, dans un usage agrammatical, la négation par excellence :

3697

RAU

PAS fermez-la

3698

JAR

fermez-la/

3699

RAU

fermez la bouche

3700

JAM

((il rit))

3701

RAU

nous avons à manger +++

3702

JAR

je ne (suis p-) §

3703

JAM

§ au revoir Corinne / (interrompt l’enregistrement)

57En 3697, RAU emploie cette particule seule pour signifier à JAM de se taire (fermez-la). Il est un peu plus de quatorze heures, c’est la fin du cours, les étudiants sont déconcentrés et ils ont faim (nous avons à manger). Une ultime tentative d’intervention de JAR (3702) pour exprimer son désaccord recèle peut-être l’indice d’un impact des diverses reprises de la négation (amorce de pas dans le fragment entre parenthèses ?), mais JAM lui coupe la parole pour dire que l’entretien est terminé et interrompt l’enregistrement.

58Cette semaine-là, PAB travaille avec ALA, une nouvelle arrivée dans le cours mais qui a étudié le français au lycée.

3705

PAB

est intéressant mais::: je pense que le:: ((silence)) le chin le chinese les::: + [le] chiness non je ne sais\++ c’est::: très difficile\+ c’est plus difficile

3706

ALA

aussi sont difficiles mais:: + sont plus plus difficiles que le français mais:: + le français est très difficile aussi

[…]

3735

ALA

pour:: pourquoi pourquoi/

3736

PAB

je ne sais pas:: par exemple euh::: + les:: la la la femmes + [etydjãs] ++ beaucoup:: + que le que l’hommes\

3737

ALA

humhum

[…]

3747

ALA

et ((lisant)) tout le monde peut faire un Master à Esade

3748

PAB

non\ + non\

3749

ALA

pourquoi/

3750

PAB

parce que les::: par exemple la:: la gent qui:: qui sont:: “pobres”/

3751

ALA

po-po- pauvres

3752

PAB

po- pou- pouvres

3753

ALA

pauvres

3754

PAB

et::: ils ils ne:: ne: peut:: ++ ils ne peut::: + [paje]/ [paZe]/ + [paZe]/

3755

P

payer

59PAB omet parfois la particule négative postverbale (3705, 3754). Mais ce n’est pas systématique (3736).

3825

PAB

très bien\ ((il lit)) les squatters ont raison de s’installer dans des propriétés inoccupées + propriétés inoccupées/ ++ qu’est-ce que c’est/ le: les squatters

3826

ALA

je pense que c’est les gens qui:: qui n’a pas:: un maison ++ que que qui habitent:: dans les rues ++ (je [ne] pas sûre)

3827

PAB

non je pense que ils sont:: ++ gens xxxxx + qui habitent ++ à la:::  + à la maison qui::: ++ il n’y a pas:: ++ gens\

3828

ALA

mais je pense que ils: + ils n’avons pas:: +++ rason\ raison

3829

PAB

pourquoi

3830

ALA

parce que::: ce n’est pas:: légal

3831

PAB

légal/ +++ oui mais::: il n’y il n’y a pas::::: + il ++ i:::::::: ++ xx [il] [ne] (“cómo es”) ils [navõ] + ils [nave]- ils [nave] pas::

3832

ALA

ils [nõ] ++ [õ] + {(VB) non /} ++ ils n’ont/ + pas\§

3833

PAB

§ “eso !” ils ils: [ilõ-] “espera” [ilõ] pas:: + eh: eh:: ils [nõ] pas:: +++ mason maison / + maison ++ et les::: les maisons c’est désoccupé

3834

ALA

mais il y a un propriétaire + de de cette de cette maison

3835

PAB

oui + mais:: mais le:: le propriétaire [n-] + n’[abite] pas:::  ((silence)) à la::: à la mason

60En 3831 Pablo thématise la difficulté de manière implicite à travers des reformulations masquées (répétitions, allongements syllabiques, pauses etc.) et explicitement en recourant à la L1 (“¿cómo es?” = comment c’est ?). Sa partenaire tente à son tour différentes formules dont la dernière est reconnue sans hésitations comme la meilleure par PAB (§“eso” = c’est ça !) qui cherche alors à la reprendre sans y parvenir tout de suite, demande à sa partenaire du temps (“espera!” = attends !), essaie de nouveau, se trompe encore juste avant de formuler l’énoncé souhaité. Et sans transition, les deux apprenants poursuivent leur discussion à propos des squatters.

61L’un des problèmes que les étudiants rencontrent à ce moment de leur apprentissage est l’oubli de la particule postverbale et beaucoup de reformulations sont destinées à corriger cette erreur. Le modèle a été apporté par l’enseignante qui accentue cette particule et, à partir de cette semaine, les étudiants (cf. 3680-81) vont reformuler de la même manière.

62JAR a toujours du mal à participer aux échanges et en fonction de ses partenaires cela peut prendre une forme de boycottage. Réussir à participer à l’interaction est devenu son principal souci et les reformulations sont un luxe qu’il n’a guère l’occasion de se permettre. PAB, par contre, maîtrise la dynamique de l’échange quelles que soient les personnes avec qui il converse. Il gère magistralement son discours pour s’exprimer et pour apprendre.

7. 20e et 21e semaine

63Depuis la dix-huitième semaine, les deux classes de français ont été restructurées et PAB et JAR sont maintenant séparés. Les activités d’expression orale ne sont pas les mêmes dans les deux groupes car elles dépendent beaucoup du nombre d’étudiants présents à chaque séance.

64La 20e semaine, dans la classe de JAR, l’enseignante propose un jeu de rôle. Il s’agit de discuter de la pertinence de la publication d’un journal d’entreprise. Chacun a un rôle (le trésorier, le délégué syndical, des membres de la direction, etc.) mais il n’y a pas de canevas.

3622

JGO

hum::: le problème est-ce que euh::: + quelques groupes pensent que::: euh l’information que::: + que vient dans dans le magazine est::: très::: eh ++ hu::m ++ c’est que l’information [es::] [e] euhm [esss] ++ n’est pas:::: ++ actuelle\ c’est le problème\ et::: il y a des groupes que::: simplement + euh::: + euh ++ [vœ] euh::: [vœ] le le magazine et::: le:: + il il il il ne le:::: le [li] PAS\

[…]

3623

JAR

JAR como + Juan Gonzalo dit + eh :: la personne euh PAS li-lire le magazine magazine\ + quelques personnes + [e] PAS lire le\ + xxx (l’exit [le] l’exit/)>

3624

ALA

le (devoir) eu le sur + non !

6325

JAR

>xxxxxx le magazine xx

6326

ALA

non/ et pour ça je pense que le xxxx il y a dans le magaz- dans le magazine ce n’est pas très intéressant pour pour eux

6327

JAR

me per ma c’est un employi de la de la de l’entreprise\ et notre budget §

6328

ALT

§ la l’information “a ver !”

6329

JAR

notre budGET c’est c’est + c’est très [redus] très [redusi]\+ (and){(DC) nou::s nous pouvons + pas\} eh ++ faire/ + eh un magazine per per mois\ + {(AC) ce n’est pas ce n’est pas possible\ }

6330

ALT

alors::: qu’est-ce que::: vous pensez + pardon !

65Ce format d’activité semble favoriser la participation de JAR. Du moins au début car chacun doit, à tour de rôle, exposer son point de vue à propos de la publication d’un journal d’entreprise. De plus, l’enseignante est en permanence présente. Ce sont autant de facteurs qui permettent à JAR d’intervenir sans avoir besoin de trop lutter pour conserver la parole.

66La particule négative postverbale est souvent accentuée, comme chez JGO, qui soutient en 6322 que les employés ne lisent pas le journal d’entreprise (il il il il ne le:::: le [li] PAS\). JAR reprend l’argument de JGO (como + Juan Gonzalo dit) mais curieusement, la particule négative pas est ici accentuée en position préverbale (:: la personne euh PAS li-lire le magazine magazine\ + quelques personnes + [e] PAS lire le\). En 6329, par contre, elle devient postverbale (nou ::s nous pouvons + pas), mais la pause entre le verbe et pas suggère que JAR l’ajoute. Il avait failli l’oublier.

67L’ordre des mots pour exprimer une négation est très instable mais on remarque maintenant des activités de reformulation de la part de JAR qui, au cours de cet échange, n’a pas craint la censure de ses camarades.

68Au cours de la 21e semaine, dans la classe de PAB, les étudiants simulent une conversation téléphonique. Un fournisseur téléphone à l’un de ses clients pour savoir pourquoi celui-ci ne commande plus rien depuis un certain temps. PAB joue le rôle du fournisseur.

6441

PAB

bonjour Madame Latour

6442

MLI

bonjour

6443

PAB

eh je [travaje] pour l’entreprise com- computador xx + eh vous connaissez moi/

6444

MLI

euh non je ne me rappelle pas

6445

PAB

eh vous [save] trava- travaillé + avec notre entreprise pour votre entreprise eh pour les::: pour les computadors de votre entreprise\++ et je voudrais [savεr] pourquoi est-ce que\ {(DC) vous: [na::] commandé + PAS\ eh::} depuis longtemps/ ++ eh pour ++ pour travailler avec notre entreprise/

6446

MLI

ah::: je je me rappelle eh le problème c’est qué::: la dernière fois qué j’ai fait une commande pour vous/+ eh:: je ne reçois/ + eh rien\

6447

PAB

(bien) ++ oui vous savez qué:: + que nous:: + nous avons hum eh très qualité avec notres:: produits/++  cependant vous vous n’avez pas ++ vous [na-] [na] commandé PAS\ + euh:: pour notre entreprise/

6448

MLI

mais:: j’ai j’ai demandé::: à cette occasion de :: recevoir eh ++ les computadors/>

6449

PAB

oui/

6450

MLI

>malgré eh ces [dεr] [a] expériences avec vous/ eh:: j’ai:: j’ai décidé de:: donner de vous donner une autre opportunité mais il a été le même problème\

69En 6445, PAB accentue la particule négative pas qu’il a failli oublier comme le signale la pause (vous : [na::] commandé + PAS\). En fait, à ce moment de son apprentissage PAB a surmonté l’oubli de la particule négative postverbale dans des énoncés où le verbe est à une forme simple. Mais quand il s’agit d’un verbe au passé composé beaucoup d’apprenants ont des difficultés avec l’ordre des mots et la forme de l’auxiliaire. C’est ce qui se passe en 6447 où les reformulations portent sur l’accord de l’auxiliaire avec le sujet. Le passé composé à la forme négative est un nouveau palier qui va susciter des activités de reformulation en coopération jusqu’à la dernière semaine de cours. Quand, au bout de 24 semaines, le programme de français s’arrête, PAB n’a pas encore complètement résolu cette difficulté.

8. Conclusions

70PAB n’est pas un étudiant que l’on peut qualifier de bavard, mais il a une grande présence et sait, avec relativement peu de ressources linguistiques, devenir un locuteur écouté et respecté même quand sa compétence linguistique est inférieure à celle de ses interlocuteurs. Il montre depuis le début une grande compétence conversationnelle, qu’il met au service de son propre apprentissage de la langue étrangère. Il reformule beaucoup et sait comment solliciter l’aide de ses partenaires pour communiquer et pour apprendre. Il manifeste constamment une grande conscience de la limitation de ses ressources linguistiques et sait évaluer les enjeux d’une interaction pour en maîtriser la dynamique à son avantage. C’est ce qui se passe au cours de la quatrième semaine quand il pousse l’évaluatrice à enchaîner les questions fermées. Il s’impose ainsi comme un interlocuteur compétent.

71Toutes ces qualités conversationnelles permettent que sa compétence linguistique et notamment grammaticale progresse vite. Si, au cours de la première semaine, il n’exprimait la négation qu’au moyen d’une expression figée saisie dans l’interaction, son répertoire se développe et se grammaticalise vite par la suite grâce à l’abondance de ses reformulations. On voit PAB construire, sous nos yeux, son autonomie linguistique et si ce processus est encore loin d’être achevé quand le programme de français s’arrête, on peut dire qu’il est en marche.

72JAR par contre a dès le début beaucoup de mal à devenir un interlocuteur reconnu. Il se montre toujours très attentif à l’interaction qui se déroule autour de lui mais pas toujours avec lui et il est frappant de constater qu’il maintient tout au long de ces 24 semaines une grande dépendance par rapport à la situation d’interaction. Intervenir ou non dépendra du bon vouloir de ses interlocuteurs, qui l’invitent et lui laissent la parole ou non, mais aussi des formes linguistiques produites dans l’interaction et qui peuvent être recyclées de manière pertinente. Mais même cette capacité peut se voir affectée quand les conditions sont très hostiles. C’est ce qui se passe au cours de la onzième semaine quand JAR exprime à plusieurs reprises son désaccord au moyen d’une structure idiosyncrasique (je ne suis d’accord) alors que la forme grammaticale est omniprésente dans l’échange. Cette difficulté à s’imposer comme interlocuteur affecte directement son apprentissage. Ses efforts pour parvenir à prendre la parole mobilisent toute son énergie au détriment d’une meilleure attention aux formes.

73En conclusion, le type de tâche que les apprenants exécutent, leur interprétation (consensuelle ou non) de celle-ci, le nombre d’interlocuteurs, leurs rôles respectifs (enseignante, évaluatrice, apprenant) et la place que chacun acquiert au cours d’une interaction (interlocuteur compétent et reconnu), la coopération ou son refus, et donc la dynamique conversationnelle qui s’ensuit ont un impact sur les formes linguistiques et leur évolution.

Haut de page

Bibliographie

ARDITTY, J. 1987. Une « leçon de conversation ». ENCRAGES nº 18-19, 99-116.

BANGE, P. & S. KERN 1998. La régulation du discours en L1 et L2. CALAP nº 16-17, 107-141.

DAUSENDSCHÖN-GAY, U. 1997. Interaction sociale et processus d’acquisition : il ne suffit pas de communiquer. CALAP, nº 15, 25-32.

GIULIANO, P. 2000. L’acquisition et l’expression des fonctions négatives en français et en anglais comme langues secondes : Confrontations d’études longitudinales et apports théoriques pour l’acquisition en milieu naturel. Thèse de doctorat, Université de Paris VIII/Università degli Studi di Bergamo.

JEANNERET, T. & B. PY 1999. « Apprentissage de la syntaxe dans l’interaction exolingue », communication au XIe colloque Usages pragmatiques et acquisition des langues, Paris, 19-21 avril 1999.

LEVELT, W. 1983. Monitoring and self-repair in speech. COGNITION nº14, 41-104.

LEVELT, W. 1989. Speaking : From Intention to Articulation. Cambridge, MA, MIT Press.

PEKAREK, S. & L. MONDADA 2001. Théories linguistiques et enseignement du français aux non francophones, Le Français dans le Monde. juillet 2001, 107-137.

PEKAREK, S. 2000. Approches interactionnistes de l’acquisition des langues étrangères : concepts, recherches, perspectives. Acquisition et Interaction en Langue Étrangère, nº12, 3-26.

PY, B. 1993. L’apprenant et son territoire : système, norme et tâche. Acquisition et Interaction en Langue Étrangère, nº 2, 9-24.

SCHLYTER, S. 1997. Différences et similarités entre apprenants formels et informels : le cas de « ne » vs « pas ». Communication présentée à la rencontre RELA, août 1997, Bâle.

STOFFEL, H. & D. VÉRONIQUE 1996. L’acquisition de la négation en français par des adultes arabophones. Communication présentée au colloque The Structure of Learner Language. Utterance and discourse structure in language acquisition, septembre 1996. Espinho, Portugal.

VASSEUR, M-T 2000. De l’usage de l’inégalité dans l’interaction-acquisition en langue étrangère. Acquisition et Interaction en Langue Étrangère, nº 12, 51-76.

VASSEUR, M-T. & J. ARDITTY 1996. Les activités réflexives en situation de communication exolingue. Acquisition et Interaction en Langue Étrangère, nº 8, 57-87.

WEINERT, R. 1995. The role of formulaic language in second language acquisition : a review. APPLIED LINGUISTICS, nº16 (2), 181-203.

Haut de page

Notes

1  ESADE, Escuela de Idiomas (Universidad Ramon Llull)Av. d’Esplugues, 92-96. E-08034 Barcelona (Espagne)corinneroyer@esade.edu

2  Je suis sincèrement reconnaissante à Luci Nussbaum, à Marie-Thérèse Vasseur, à Jo Arditty et à deux lecteurs anonymes pour leurs com­men­taires constructifs et leur aide aux différentes étapes de la rédaction de ce texte.

3  Les reformulations masquées, observables dans un énoncé isolé, ne sont pas en elles-mêmes suffisamment significatives. C’est leur étude longitudinale, en association avec les reformulations manifestes, qui permet d’induire que le travail de réflexion et de contrôle porte sur la syntaxe de la négation.

4  Voici, selon Weinert (1995 : 182), les traits essentiels qui permettent d’identifier les expressions figées ou stéréotypées, c’est-à-dire non analysées grammaticalement :– absence de marques textuelles (pauses, allongements syllabiques, répétitions etc.) ;– usage d’un énoncé dans un contexte linguistique unique ;– usage d’un énoncé dans différents contextes linguistiques mais sans qu’apparaissent les modifications morphologiques (personne, genre, temps, mode etc.) nécessaires.

5  Reformulations masquées et manifestes.

6  Conventions de transcription :+ pause++pause moyenne+++pause longuec’est:::allongement syllabiquevous ne comp-indique un mot abruptement coupé§indique qu’il n’y a pas de pause entre deux tours de parole>indique un tour de parole qui se poursuit{(VB)…}à voix basse{(AC)…}plus vite{(DC)…}plus lentementMAJUSCULESaccent d’intensité, prononciation tonique[komo]transcription phonétique/intonation montante\intonation descendante“…”éléments dans une langue autre que le français([…])indication sur le non verbal

7  Qui exclut le il anaphorique et supposerait qu’on s’en tienne au présentatif c’est / ce n’est pas.

8  C’est le seul Français que je connais.

9  en absolu est un transfert de l’espagnol en absoluto qui signifie pas du tout.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Royer, « Interaction en classe et appropriation de la négation : quelle interdépendance ? », Acquisition et interaction en langue étrangère [En ligne], 22 | 2005, mis en ligne le 16 novembre 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://aile.revues.org/1718

Haut de page

Auteur

Corinne Royer

ESADE, Universidad Ramon Llull

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page